Zorro, le show case — Stage Entertainment dévoile sa nouvelle production française

0
233
Matt Rawle au showcase de <i>Zorro</i> © Stage Entertainment - Olivier Borde
Matt Rawle au show­case de Zor­ro © Stage Enter­tain­ment — Olivi­er Borde

Nom­breux sont les invités à se press­er au Théâtre Mogador, curieux et impa­tients d’en savoir plus sur Zor­ro, musi­cal adap­té du roman d’Is­abel Allende, qui a ent­hou­si­as­mé la plu­part de ceux qui l’ont vu à Lon­dres. Sur la scène, San­drine Mouras, la direc­trice générale de Stage Enter­tain­ment France, con­fie d’ailleurs qu’elle a eu un tel coup de foudre en voy­ant ce spec­ta­cle qu’elle a tout de suite eu envie de l’amen­er en France. « C’est un spec­ta­cle qui regroupe tous les codes de la cul­ture lati­no : le fla­men­co, la musique gip­sy, mais aus­si de la romance, de l’aven­ture, ça nous par­le à nous latins, c’est un spec­ta­cle qui a un gros devenir en France. » Toute­fois la pro­duc­tion française de Zor­ro ne sera pas exacte­ment la même que celle de Lon­dres. « On a vrai­ment choisi de réadapter le spec­ta­cle pour le pub­lic français » explique San­drine Mouras, « nous avons eu beau­coup de réu­nions avec Christo­pher Ren­shaw, le met­teur en scène. Lorsqu’il a vis­ité les Folies Bergère il a été très inspiré : il va revoir la mise en scène, le décor, il y aura beau­coup de sur­pris­es. On va chang­er pas mal de choses dans cette salle mythique, ça va être assez impres­sion­nant mais je ne vous en dirai pas plus ! ». Les Gip­sy Kings vont même com­pos­er deux chan­sons sup­plé­men­taires. Ils ont signé toutes les chan­sons de Zor­ro, des tubes comme « Djo­bi Djo­ba » et « Bam­boléo », mais aus­si des morceaux inédits com­posés spé­ciale­ment pour le spectacle.

L’adap­ta­tion française de Zor­ro a été con­fiée à Eric Taraud qui a déjà signé celle de Cabaret. Lui aus­si avoue avoir été impres­sion­né par le spec­ta­cle qu?il a vu à Lon­dres. « J’avais l’im­pres­sion d’être au ciné­ma, on voit Zor­ro se bat­tre avec une épée dans chaque main con­tre plusieurs assail­lants, se bal­ancer de corde en corde, il y a beau­coup de cas­cades, des numéros de grande illu­sion assez stupé­fi­ants. » C’est donc par­ti­c­ulière­ment motivé qu’il s’est attelé à l’adap­ta­tion. « Je com­mence par les chan­sons parce que c’est le plus dif­fi­cile et parce qu’il va y avoir des petites mod­i­fi­ca­tions sur le livret » nous explique-t-il, « je tra­vaille en étroite col­lab­o­ra­tion avec l’au­teur du livret et le met­teur en scène qui souhait­ent réadapter ce qu’ils avaient fait pour la pro­duc­tion de Lon­dres. C’est une sorte de « work in progress » que j’aime beau­coup. ». Toutes les chan­sons seront en français à l’ex­cep­tion des refrains des tubes comme « Djo­bi Djo­ba » qui res­teront en ver­sion orig­i­nale. « Bien sûr ça me change de Cabaret  » recon­naît-il, « mais il y a quelque chose de com­mun : l’én­ergie, les fris­sons. Il y a de très belles chan­sons, des bal­lades mag­nifiques. » Son tra­vail ne s’ar­rêtera pas lorsqu’il aura ren­du sa pre­mière ver­sion dans un mois et demi, ni sa deux­ième ver­sion deux à trois semaines plus tard. « J’as­sis­terai aux répéti­tions d’abord pour le plaisir mais surtout pour revoir cer­tains textes si néces­saire » pré­cise-t-il, « je suis là pour que les comé­di­ens, les chanteurs soient à l’aise avec les mots ».

En atten­dant la for­ma­tion de la troupe française, c’est la troupe lon­doni­enne qui a fait le déplace­ment pour présen­ter qua­tre extraits de Zor­ro en cos­tumes de scène et dans une par­tie des décors. Matt Rawle (Diego/Zorro) inter­prète avec une voix impres­sion­nante « Hope », un beau solo à la mélodie accrocheuse. Pour les ama­teurs de musi­cals, Matt Rawle a créé le rôle titre dans Mar­tin Guerre de Schön­berg et Bou­blil en 1996 et a été le Che dans le revival de Evi­ta récem­ment à Lon­dres. A pro­pos de Zor­ro il recon­naît avoir pris beau­coup de plaisir à jouer le per­son­nage et souligne en riant « il y a beau­coup d’hu­mour, de sec­ond degré et d’ironie ». Mais il ne cache pas que c’est un rôle très physique et fatiguant : « ça n’ar­rête pas, il y a beau­coup d’ac­tion, de com­bats d?épée, de choré­gra­phies ». Lesli Margheri­ta (Ines, la reine des gitans) l’ap­prou­ve car son per­son­nage se donne aus­si beau­coup si on en juge par les trois tableaux qu’elle inter­prète accom­pa­g­née de la troupe avec une énergie incroy­able. Les choré­gra­phies fla­men­co de Raphaël Amar­go sont d’une red­outable effi­cac­ité. La per­for­mance de Lesli vient d’être récom­pen­sée par un Lau­rence Oliv­er Awards (l’équiv­a­lent anglais de nos Molières). On l’au­ra com­pris, Zor­ro demande un sacré entraîne­ment physique. D’ailleurs quand on demande à Matt Rawle et Lesli Margheri­ta s’ils ont un con­seil à don­ner aux acteurs français qui repren­dront leurs rôles, ils s’ex­cla­ment en choeur : « allez en salle de sport ! ». Ren­dez-vous le 5 novem­bre pour voir si les heureux élus auront suivi ce pré­cieux conseil !