Zorro, la conférence de presse — Tout (ou presque) sur le musical de la rentrée !

0
248

Sur une scène instal­lée au bas du grand escalier éclairée par des lumières chaudes, qua­tre musi­ciens inter­prè­tent quelques notes de fla­men­co. En guise d’introduction, Arnaud Cazet, directeur de la com­mu­ni­ca­tion de Stage Enter­tain­ment France, rap­pelle que ce lieu mythique leur a porté chance puisque c’est ici que leur pre­mière pro­duc­tion, Cabaret, s’est mon­tée en 2006 et a con­nu un immense suc­cès. Si pour Cabaret la salle de spec­ta­cle avait été trans­for­mée en cabaret berli­nois des années 30, pour Zor­ro ce sera un pueblo mex­i­cain du début du 19e siè­cle. Cet amé­nage­ment, comme le décor du spec­ta­cle, sera réal­isé par Tom Piper, célèbre scéno­graphe de la Roy­al Shake­speare Com­pa­ny de Lon­dres. Arnaud Cazet explique que Zor­ro est un voy­age dans la cul­ture his­panique avec de la musique lati­no et des bal­lets fla­men­co choré­graphiés par Rafael Amar­go, danseur et choré­graphe espag­nol qui a déjà reçu de nom­breux prix dans le monde entier. Pour illus­tr­er ces pro­pos, trois danseuses et un danseur qui fer­ont par­tie de la troupe du spec­ta­cle inter­prè­tent une bule­ria, danse tra­di­tion­nelle flamenco.

Christo­pher Ren­shaw, un met­teur en scène pres­tigieux et inspiré
Après avoir présen­té son pres­tigieux par­cours (mis­es en scène d’opéras dans le monde entier et de musi­cals comme We Will Rock You, Taboo, The King and I), Arnaud Cazet accueille Christo­pher Ren­shaw. Qui de mieux pour nous par­ler de Zor­ro que le met­teur en scène qui a créé le spec­ta­cle à Lon­dres et qui s’apprête à le remet­tre en scène à Paris ? Très ému d’être dans ce théâtre, il racon­te que sa mère lui avait par­lé des Folies Bergère quand il avait six ans et qu’il y était venu quelques années plus tard voir une revue. « J’ai du mal à réalis­er aujourd’hui que c’est moi qui vais mon­ter un spec­ta­cle dans ce lieu ! » s’ex­clame-t-il. Il par­le de Zor­ro avec beau­coup d’enthousiasme et affirme : « tra­vailler sur ce spec­ta­cle a com­plète­ment changé ma vie ». Il salue Isabel Allende, auteur du roman « Zor­ro » (qui ressort en édi­tion de poche) dont s’inspire le musi­cal. Il a assisté à toutes les audi­tions parisi­ennes qui ont duré trois mois. « Les artistes ici sont telle­ment plein de per­son­nal­ité et de pas­sion que ça m’a don­né beau­coup d’inspiration pour pou­voir remon­ter Zor­ro à Paris » . Car la ver­sion française sera bien dif­férente de la pro­duc­tion lon­doni­enne. « J’ai décidé pour ce théâtre, pour le pub­lic français, de chang­er des choses, la pro­duc­tion française sera plus authen­tique­ment latine » explique Christophe Ren­shaw, « ce théâtre m’inspire beau­coup. La scène n’est pas très grande mais on peut exploiter l’espace tout autour et puis il y a cette mer­veilleuse passerelle en hau­teur qui fait le tour de la salle sur laque­lle Zor­ro va courir, sauter de là pour rejoin­dre la scène en sur­volant les spec­ta­teurs. Il y aura encore plus de magie avec des nou­veaux effets que nous n’avions pas eu le temps de dévelop­per à Londres. »

Lau­rent Ban, Liza Pas­tor et Benoit de Gaule­jac, les pre­miers artistes du cast
Le moment est venu de décou­vrir les artistes qui inter­préteront les prin­ci­paux rôles. Ce soir, la pro­duc­tion a choisi de ne nous dévoil­er que trois d’entre eux.
Le ser­gent Gar­cia sera joué par Benoît de Gaule­jac, un comé­di­en qui a débuté chez Roger Louret dans le sud-ouest avant de mon­ter à Paris où il a joué dans plusieurs pièces de théâtre. Comme il nous le con­fiera plus tard, c’est sur le site de Regard en Coulisse qu’il a trou­vé l’annonce du cast­ing de Zor­ro. Il était le troisième à pass­er le pre­mier jour des audi­tions et Christo­pher Ren­shaw avoue avoir tout de suite su que ce serait lui qui aurait le rôle. Cet artiste, qui ne réalise tou­jours pas ce qui lui arrive, ne manque pas d’humour. « Gar­cia c’est moi, ça fait vingt ans que je pré­pare le rôle, vingt ans de grig­no­tage en tout genre, sucreries, bar­res choco­latées !» plaisante-t-il. Pour lui, « Gar­cia est un per­son­nage néces­saire, c’est un peu l’Auguste de l’histoire, il amène beau­coup d‘humanité. Zor­ro et le ser­gent Gar­cia c’est un peu comme Lau­rel et Hardy ! ». Pour l’anecdote, il nous racon­te qu’à l’audition il a chan­té « On n’est pas là pour se faire engueuler » de Boris Vian sans savoir qui il avait en face de lui. « Si j’avais su que Christo­pher Ren­shaw avait mis en scène Pavarot­ti, je n’aurais jamais osé me présen­ter ! ».

Liza Pas­tor, qu’on a pu décou­vrir dans Belles, Belles, Belles et plus récem­ment dans Hair, sera Luisa, jeune fille qui a tou­jours con­nu Diego et qui tombera amoureuse de Zor­ro au point qu’elle sera prête à se sac­ri­fi­er pour lui sans jamais avoir vu son vis­age. C’est tout le pro­pos de la chan­son « L’homme der­rière le masque » qu’elle inter­prète après avoir descen­du le grand escalier. Liza se dit « super heureuse » de com­mencer cette nou­velle aven­ture. « C’est la pre­mière fois que je fais un spec­ta­cle où tout est joué en live. Un vrai musi­cal avec beau­coup de théâtre et des chan­sons qui ser­vent le jeu et l’histoire » se réjouit-elle, « j’adore le fla­men­co, tout est dans le ressen­ti, dans le corps ». Autre point posi­tif pour Liza : elle retrou­ve Lau­rent Ban qui était déjà son parte­naire dans Hair cette année. « C’est rigo­lo de se retrou­ver ensem­ble sur Zor­ro. Ca ras­sure tou­jours de jouer avec quelqu’un qu’on con­naît déjà ». Studieuse, elle a l’intention de pren­dre des cours de fla­men­co et de théâtre cet été pour bien se pré­par­er. Elle n’en sait pas encore beau­coup sur son per­son­nage. « On n’aura le livret com­plet qu’en sep­tem­bre, j’ai hâte de savoir ce qui se passe pour Luisa ! ».

A tout seigneur, tout hon­neur. C’est main­tenant au tour de Lau­rent Ban (Notre Dame de Paris, Le petit prince, Chance, Hair), qui incar­n­era Don Diego de la Vega/Zorro, de faire son entrée. C’est en cos­tume et chemise blanche, et non pas déguisé en Zor­ro, qu’il descend lui aus­si le grand escalier en chan­tant « Un nou­v­el espoir ». On sent qu’il a déjà le per­son­nage dans la peau. Christo­pher Ren­shaw recon­naît que c’était très dif­fi­cile de trou­ver un artiste charis­ma­tique sachant bien chanter, danser, jouer la comédie et se bat­tre à l’épée et d’ajouter « pour Zor­ro il y a une dimen­sion très impor­tante, c’est l’humour et Lau­rent a ce grand sens de l’humour et de la comédie ». Le prin­ci­pal intéressé par­le même d’autodérision : « le per­son­nage a beau­coup d’autodérision. Il joue à la fois ce per­son­nage de Zor­ro, vengeur masqué, très mys­térieux, et pour ne pas éveiller les soupçons et qu’on ne fasse pas le rap­proche­ment, il donne à Don Diego un côté plus lâche, plus déli­cat et pré­cieux. C’est pas­sion­nant de jouer plusieurs per­son­nages en un ». Lau­rent n’a pas per­du de temps pour s’imprégner de son rôle : « je suis en train de lire le livre d’Isabel Allende et je me décou­vre plein de simil­i­tudes avec mon per­son­nage. Ca va m’aider à faire une vraie recherche pour être le plus crédi­ble pos­si­ble, j’adore ce roman, super intéres­sant pour com­pren­dre le per­son­nage. » Quant à l’aspect très physique du rôle et en par­ti­c­uli­er l’escrime, il a pris un peu d’avance sur la pré­pa­ra­tion : « j’ai déjà fait de l’escrime il y a un an et demi dans Le Comte de Monte Cristo que j’ai joué à Rome. Pour Zor­ro, je savais qu’il fal­lait aus­si savoir se bat­tre avec une épée dans chaque main, j’ai pris des cours inten­sifs pour ne pas avoir l’air trop nul aux auditions ! »

Pour con­clure cette con­férence de presse, San­drine Mouras, direc­trice de Stage Enter­tain­ment France se dit très émue d’avoir vu et enten­du pour la pre­mière fois les artistes de Zor­ro inter­préter les chan­sons adap­tées en français par Eric Taraud. « Après trois mois d’auditions au cours desquelles plus de sept cents per­son­nes se sont présen­tées, nous avons trou­vé l’intégralité du cast même si nous ne vous en avons dévoilé qu’une par­tie ce soir. Le spec­ta­cle com­mence à pren­dre forme » se réjouit-elle con­fi­ante, « nous démar­rons les répéti­tions le 11 sep­tem­bre ».
Comme tout finit en chan­son, c’est par un duo inédit spé­ciale­ment écrit pour la ver­sion française, « Sou­viens-toi » inter­prété par Lau­rent Ban et Liza Pas­tor, que se ter­mine cette soirée qui nous aura bien mis l’eau à la bouche.

Ren­dez-vous le 5 novem­bre pour la Pre­mière de Gala aux Folies Bergère. Olé !

Retrou­vez ici nos pho­tos de l’évènement.