Ze interrogatoire : Laetitia Ayrès

0
208
Laeti­tia Ayres © Math­ias Bord

Laeti­tia joue actuelle­ment Hélène dans La Belle Hélène d’Offenbach au Théâtre Mar­soulan jusqu’en mars prochain, et tra­vaille à la suite de son spec­ta­cle Broad­way Baby. Le 7 décem­bre prochain, elle chantera Fan­tine lors de la soirée que le Théâtre du Ranelagh con­sacre à Broadway.

Nom : Ayrès

Prénom : Laeti­tia

Date de nais­sance : 28 novem­bre 1978

J’adore : les halls « départs » des aéro­ports, le moment où la lumière s’éteint et où le silence se fait dans une salle de spec­ta­cles, une bonne bouffe entre amis.

Je déteste : la ligne 13, chercher mes clés plus de cinq min­utes pour m’apercevoir qu’elles sont dans ma poche, les abus de pou­voir en tous gen­res, les juge­ments hâtifs, le 39 49…

Ma couleur préférée : azul !

Mon péché mignon : Les pas­ta de mon homme, arrosées d’un verre de vin argentin.

L’autre méti­er que j’aurais pu faire : Archéo­logue. Aaah… décoder les qui­pus avec Indy, braver les mygales et ser­pents pour décou­vrir les sept cités d’or et les remet­tre à une pop­u­la­tion locale indigne­ment exploitée avant de cav­aler au soleil couchant vers de nou­velles missions…
Moins glam­our, j’ai fait Sci­ences Po et un DESS de ges­tion de la musique, j’aurais prob­a­ble­ment tra­vail­lé dans une mai­son de dis­ques ou pour une salle de spectacles.

La chose que j’emporterais sur une île déserte : Une piscine ? Tom Han­ks ? (je pré­cise : unique­ment pour la fonc­tion Seul au monde) Tom Han­ks dans une piscine ?

Mon pire cauchemar : Je suis trop bête­ment super­sti­tieuse pour seule­ment y songer…

Sucré ou salé ? et vice et versa !

En ce moment, j’écoute : le dernier album d’Arcade Fire et Alci­na de Haen­del (j’y vais dans quinze jours).

En ce moment, je lis : je viens de finir Corps et âme de F. Con­roy, et vais m’attaquer à Under­world USA d’Ellroy.

Mon idole quand j’avais dix ans était : Indi­ana Jones, donc.

Mon idole aujourd’hui est : Audra McDon­ald, Ben Stiller (jours pairs, jours impairs).

Ma comédie musi­cale préférée : cru­elle ques­tion… Fol­lies, West Side Sto­ry, Les Mis­érables… pour les jours pairs, les impairs, et les années bissextiles.

Le rôle que je rêve d’interpréter : J’avoue avoir été bien gâtée avec Fan­tine… Kate (Kiss Me, Kate), Fan­ny (Fun­ny Girl), Ella (Evening Prim­rose), Mar­guerite (Mar­guerite)…

La per­son­ne avec qui je rêve de tra­vailler : Stephen Sondheim.

Trois adjec­tifs qui me décrivent : sen­si­ble, énergique, ironique (j’en devine plusieurs qui pensent à « petite » mais ça ne compte pas, c’est de l’ordre du constat).

Ques­tion posée par la précé­dente vic­time de Ze Inter­roga­toire, Cloé Hor­ry : Pens­es tu qu’après Mozart l’Opéra rock et Drac­u­la le Musi­cal, nous allons assis­ter à la créa­tion de Bat­man, l’Opéra coun­try ? C’est bon ça ! Mais il sem­blerait que Bat­man s’en aille pren­dre la Bastille…

La ques­tion que je pose à la prochaine vic­time de Ze inter­roga­toire : Quelle dif­férence y a‑t-il entre des cor­ni­chons et Calchas ?

Ma devise : Aide toi, le ciel n’aura pas besoin de t’aider.
Clin d’œil pour le proverbe de Cloé : « On n’a jamais vu un aveu­gle dans un camp de nud­istes » (W. Allen)