Ze interrogatoire : Cyrille Garit

0
443
Cyrille Gar­it © B. Perroud

Cyrille est l’au­teur du livret du musi­cal Les Instants Volés présen­té en 2010 aux lec­tures organ­isée par Diva et fera l’ob­jet de qua­tre représen­ta­tions excep­tion­nelles les 11, 17, 24 et 25  juin prochain au Théâtre Michel.

Nom : Garit

Prénom : Cyrille

Date de nais­sance : 1er juin 1977

J’adore : mon indépen­dance, l’empathie, la gen­til­lesse, créer, les franch­es rigo­lades entre amis, la raclette en hiv­er, les pique-niques sur le canal Saint Martin…

Je déteste : la traite des blanch­es, le manque de curiosité qui guide sou­vent les gens vers l’ig­no­rance et la peur de l’autre, con­duire dans Paris, ma nature « pois­son rouge ».

Ma couleur préférée : le bleu

Mon péché mignon : défini­tive­ment, le nutella

L’autre méti­er que j’aurais pu faire : heu, vrai­ment aucun autre. Ce n’est pour­tant pas faute d’avoir essayé.

La chose que j’emporterais sur une île déserte : un canoë pour par­tir aus­sitôt dans l’autre sens.

Mon pire cauchemar : Per­dre ma liberté

Sucré ou salé ? Les deux ! ça dépend de l’heure.

En ce moment, j’écoute : Adele, Nneka, the XX, Nina Simone, Maroon 5, Feist, Sia …

En ce moment, je lis : Les ques­tions de « Ze inter­roga­toire » ? Sinon je n’ai pas trop le temps de lire en moment (mais tou­jours un bouquin d’Al­bert Camus dans les parages).

Mon idole quand j’avais dix ans était : Chan­tal Goya (je lui avais même écrit pour pou­voir faire le pan­da « pan­di pan­da », si si !) , Bar­bra Streisand et tous les acteurs de Sauvés par le gong.

Mon idole aujourd’hui est : J’ad­mire beau­coup le tra­vail artis­tique de Björk et Muse ou encore l’en­gage­ment poli­tique d’Aung San Suu Kyi mais je n’ai pas pas franche­ment d’i­dole à pro­pre­ment parler.

Ma comédie musi­cale préférée : Star­ma­nia

Le rôle que je rêve d’interpréter : Celui que je suis en train de vivre en ce moment grâce aux Instants Volés.

La per­son­ne avec qui je rêve de tra­vailler : Bar­bra Streisand, mais je crois que niveau tim­ing on va se louper.

Trois adjec­tifs qui me décrivent : Ah la la, la ques­tion qui tue. Châ­tain, exces­sif et hédoniste.

Ques­tion posée par la précé­dente vic­time de Ze Inter­roga­toire, Tiffanie Jamesse :  « Arnold et Willy » en comédie musi­cale… Tu crois que ça marcherait ? Je n’y aurais jamais pen­sé si la ques­tion ne m’avait pas été posée, mais pourquoi pas. Il suf­fi­rait juste d’un bon libret­tiste pour que ça marche, et puis on a déjà la chan­son phare « Per­son­ne dans le monde ne marche du même pas, Et même si la terre est ronde on ne se ren­con­tre pas » !

La ques­tion que je pose à la prochaine vic­time de Ze inter­roga­toire : Si tu la con­nais, pour­rais-tu me don­ner la recette de la mous­sa­ka ? D’a­vance merci.

Ma devise : « Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve » (Saint Exupéry)