Yoni Amar

0
320
Yoni Amar © Mathias Bord
Yoni Amar © Math­ias Bord

Ce mois-ci, Yoni sera à l’af­fiche de Pas sur la bouche , de Mau­rice Yvain, les 22 et 23 juil­let, dans le rôle de Charley. Le spec­ta­cle se joue à Aix les Bains dans le cadre du 17e Fes­ti­val de l’Opérette.

Nom : Amar

Prénom : Yoni

Date de nais­sance [NDLR : année fac­ul­ta­tive mais ce serait bien si vous la met­tiez] : 3 juil­let 1979

J’adore : Dormir. Je suis une vraie marmotte.

Je déteste : Avoir le sen­ti­ment d’avoir per­du mon temps. J’aime ter­min­er une journée en ayant la sen­sa­tion d’avoir appris quelque chose de nou­veau, d’avoir évolué.

Ma couleur préférée : Le bleu.

Mon péché mignon : La nour­ri­t­ure. Je suis extrême­ment gour­mand, et j’avoue que par­fois ma bal­ance me fait la morale…

L’autre méti­er que j’au­rais pu faire : Infor­mati­cien. J’ai un DUT infor­ma­tique. Mais je n’au­rais pas pu le faire plus longtemps que je ne l’ai déjà fait, c’est-à-dire un an. J’avais le sen­ti­ment que ma place n’é­tait pas der­rière un écran d’or­di­na­teur mais là où vous savez…

La chose que j’emporterais sur une île déserte : Ce n’est pas une chose, c’est quelqu’un. Ou plutôt quelques-uns. Tous les gens que j’aime. Ma famille, ma petite femme, mes amis…

Mon pire cauchemar : Me retrou­ver seul sur une île déserte. J’ai une trouille bleue de la soli­tude, même si dans cer­tains con­textes ça aide à se recen­tr­er, ou par­fois même à créer.

Sucré ou salé ? Les deux. Je vous ai dit que j’é­tais gourmand.

En ce moment, j’é­coute : Raul Midón, un artiste aveu­gle avec une voix extra­or­di­naire. Une pure mer­veille. Il faut absol­u­ment l’écouter !

En ce moment, je lis : Mon livret de Pas sur la bouche, un spec­ta­cle auquel je par­ticiperai prochaine­ment pour le fes­ti­val d’opérette d’Aix les Bains, au mois de juillet.

Mon idole quand j’avais dix ans était : George Ben­son. Dans ma famille, ses chan­sons pas­saient (et passent encore…) en boucle.

Mon idole aujour­d’hui est : Super­man. Même si je n’aime pas trop son cos­tume. D’ailleurs, si vous le croisez par hasard, je voudrais con­naître sa mar­que de gel pour les cheveux.

Ma comédie musi­cale préférée : Les Mis­érables. Je sais c’est un clas­sique. Mais il y a quelque chose de par­ti­c­uli­er dans ce spec­ta­cle, un poten­tiel émo­tion­nel que j’ai rarement trou­vé aus­si puis­sant et prenant, dans une autre oeu­vre du genre.

Le rôle que je rêve d’in­ter­préter : Le Fan­tôme, dans Le Fan­tôme de l’Opéra.

La per­son­ne avec qui je rêve de tra­vailler : Ils sont deux : Alain Bou­blil et Claude-Michel Schönberg.

Trois adjec­tifs qui me décrivent : Têtu (mais alors vrai­ment très têtu, par­fois même de mau­vaise foi selon la sit­u­a­tion) mais généreux et optimiste.

Ques­tion posée par la précé­dente vic­time de Ze Inter­roga­toire, Cathy Aron­del : Arrives-tu à touch­er le bout de ton nez avec ta langue ? : Non. Mais patience, j’y travaille.

La ques­tion que je pose à la prochaine vic­time de Ze Inter­roga­toire : Si tu avais une seule ques­tion à pos­er à Dieu, quelle serait-elle ?

Ma devise : Quand tu crois fort en quelque chose, fais-le avec ton coeur et tes tripes, ou alors ne le fais pas du tout.