Tintin — Le Temple du Soleil : conférence de presse à Anvers — Tintin chante et danse !

0
408
Le visuel de Tintin et le temple du soleil © Hergé Moulinsart
Le visuel de Tintin et le tem­ple du soleil © Hergé/Moulinsart

Aujour­d’hui c’est bien plus qu’un pro­jet puisque, après deux mois et demi de répéti­tions cet été, le pub­lic pour­ra enfin décou­vrir Kuif­je — De Zon­netem­pel au Stadss­chouw­burg d’An­vers à par­tir du 15 sep­tem­bre 2001. Quant à la ver­sion française Tintin — Le Tem­ple du soleil, elle sera créée au Palais des Beaux-Arts de Charleroi à compter du 23 mars 2002 avant de venir peut-être à Paris…
Au cours de la présen­ta­tion du spec­ta­cle, l’équipe de pro­duc­tion et de créa­tion était là au com­plet ain­si que la troupe qui créera la ver­sion orig­i­nale à Anvers. Toute cette joyeuse équipe veut offrir au pub­lic un grand spec­ta­cle pop­u­laire de qual­ité com­posé à 70% de chants et de danse et à 30% de théâtre dans la plus pure tra­di­tion du musical.

Un rêve d’enfant 
A l’o­rig­ine de cette comédie musi­cale, Marc Besson et Wouter Boits (co-pro­duc­teurs avec leur société Tabas&Co) ont relu l’ensem­ble de l’oeu­vre d’Hergé avant de fix­er leur choix sur Les sept boules de cristal suivi du Tem­ple du soleil. Ils voient dans cette aven­ture « qui ray­onne d’une grandeur pleine de mys­ti­cisme et qui sus­cite l’imag­i­na­tion » une base idéale pour une comédie musi­cale. « Il y a tous les ingré­di­ents d’une bonne his­toire à la Indi­ana Jones. » Nick Rod­well, de la société Moulin­sart déten­trice des droits de Tintin donne son autori­sa­tion et co-pro­duit même le spectacle.

Une autre per­son­ne est à la base de ce pro­jet. Il s’ag­it de Frank Van Laecke, le met­teur en scène. Vrai fan de Tintin, il déclare « Dès ma plus ten­dre enfance, je me sen­tais chez moi dans le monde d’un jeune jour­nal­iste motivé, d’un cap­i­taine d’opérette, d’un joyeux pro­fesseur dur d’or­eille, de jumeaux détec­tives mal­adroits. Le fait que je tra­vaille sur cette comédie musi­cale n’est rien d’autre qu’une suite logique. » Frank a déjà mis en scène plusieurs opéras en Flan­dre et a signé l’adap­ta­tion de musi­cals comme Jesus Christ Super­star et Le Magi­cien d’Oz. Sa mise en scène de la pre­mière européenne de Jekyll & Hyde a été par­ti­c­ulière­ment remarquée.

Lin­guiste néer­landais, Seth Gaaike­ma a écrit le livret et les lyrics d’après la bande dess­inée. La comédie musi­cale, il con­naît. Il a déjà adap­té dans sa langue Miss Saigon, La Cage aux folles et Evi­ta. Pour la ver­sion française, Tintin — Le Tem­ple du soleil, les pro­duc­teurs ont choisi de faire appel à Didi­er Van Cauwe­laert, écrivain con­nu et recon­nu. Prix Goncourt en 1994 avec son roman Un Aller Sim­ple, il écrit aus­si des pièces de théâtre à suc­cès et des livrets de comédies musi­cales comme Le Passe-Muraille sur une musique de Michel Legrand. A la con­férence de presse, Didi­er (le seul à s’être exprimé en français !) a fait part de son bon­heur d’avoir été choisi pour l’adap­ta­tion française. Avec humour et intel­li­gence, il a rap­pelé ses orig­ines fla­man­des, sa pas­sion pour l’u­nivers de Tintin et a promis de se met­tre immé­di­ate­ment au travail.

Enfin la couleur musi­cale du spec­ta­cle sera don­née par le com­pos­i­teur Dirk Brossé. Grand chef d’orchestre recon­nu dans le monde entier, il est l’un des rares étrangers autorisés à diriger le très fameux Lon­don Phi­lar­mon­ic Orches­tra. On lui doit égale­ment divers­es com­po­si­tions, des musiques de films et une comédie musi­cale Sac­co & Vanzetti. Au cours de la con­férence de presse, Dirk s’est livré à un pas­sion­nant exposé sur la façon dont il avait abor­dé la com­po­si­tion de la par­ti­tion de Tintin. « L’his­toire a lieu en Amérique du Sud, ce qui nous per­met de faire usage de dif­férents styles de musique » a t’il déclaré. Pour illus­tr­er ses pro­pos, il a inter­prété quelques extraits au piano avant de con­clure avec un vieil instru­ment tra­di­tion­nel inca. L’au­di­toire a vis­i­ble­ment été séduit par ces quelques phras­es musi­cales qui lais­sent augur­er d’une par­ti­tion var­iée, de fac­ture plutôt clas­sique mais non dénuée de rythmes.

Une adap­ta­tion en français déjà prévue 
Les artistes de la troupe fla­mande nous ont été présen­tés. Out­re la can­ta­trice Jacque­line Van Quaille (Bian­ca Castafiore) qui a ouvert la con­férence de presse avec le célèbre « Air des bijoux » (Ah je ris de me voir si belle dans ce miroir), les deux comé­di­ens prin­ci­paux ont par­ti­c­ulière­ment retenu notre atten­tion. Le très sym­pa­thique acteur Tom Van Lan­duyt sera Tintin, il joue actuelle­ment le rôle de Mark dans la ver­sion néer­landaise de la comédie musi­cale Rent en tournée aux Pays-Bas. Quant au cap­i­taine Had­dock, il sera inter­prété par le bary­ton néer­landais Henk Poort, un habitué des musi­cals (Le Fan­tôme de l’Opéra, Les Mis­érables). Nous avons pu décou­vrir leurs belles voix dans la pre­mière chan­son extraite du spec­ta­cle : ?De Zon’ (Le Soleil). Jolie chan­son dont on retient très rapi­de­ment la mélodie et qui devrait être l’air récur­rent de Tintin. Le CD sin­gle sera dif­fusé prochaine­ment en Bel­gique, les autres chan­sons seront enreg­istrées cet été et le CD du cast orig­i­nal devrait sor­tir en sep­tem­bre pour la Pre­mière du spectacle.

La troupe fran­coph­o­ne n’est pas encore con­sti­tuée. Les pre­mières audi­tions vien­nent d’avoir lieu au Palais des Beaux-Arts de Charleroi, là même où sera créée la ver­sion française au print­emps prochain. Nous aurons l’oc­ca­sion d’y revenir, Regard en Coulisse y était aus­si ! Devant le nom­bre impor­tant de can­di­da­tures d’artistes français, nou­velle journée d’au­di­tions devrait bien­tôt être organ­isée à Paris. Paris qui pour­rait bien être la troisième étape de Tintin — Le Tem­ple du soleil, en tout cas les pro­duc­teurs ne ména­gent pas leurs efforts pour attein­dre cet objec­tif. Des négo­ci­a­tions sont déjà avancées avec de grandes salles mais rien n’est encore com­plète­ment arrêté. Nul doute qu’une solu­tion sera trou­vée, tout le monde l’e­spère. Si Tintin vient à Paris, ce sera peut-être avec la même troupe qu’à Charleroi. Il se peut aus­si que des artistes français béné­fi­ciant déjà d’une cer­taine notoriété repren­nent quelques rôles prin­ci­paux en par­ti­c­uli­er Tintin et Had­dock. S’ils ont déjà quelques petites idées pour Charleroi et Paris, les pro­duc­teurs n’ont encore fait aucun choix, tout reste ouvert.

Pour le moment toute l’équipe pré­pare ardem­ment la créa­tion du spec­ta­cle à Anvers. C’est un pari risqué d’adapter Tintin en comédie musi­cale, tout le monde en est bien con­scient. N’ou­blions pas que les Belges aiment et défend­ent bien la comédie musi­cale ! Je dirai même plus, les Belges défend­ent et aiment bien la comédie musicale…