Thierry Picaut, du Roi Lion à Chante !

0
572
Thierry Picaut
Thier­ry Picaut

Thier­ry Picaut, pou­vez-vous nous par­ler de votre par­cours ? Qu’est-ce qui vous a amené à la comédie musicale ?
Je me suis lancé très tard dans le milieu artis­tique : je me prédes­ti­nais à une car­rière de psy­cho­logue. Ce n’est qu’après avoir obtenu ma licence que j’ai décidé de chang­er de cap. Je me suis donc inscrit dans une école de for­ma­tion artis­tique : je me suis spé­cial­isé dans la danse mais j’y ai aus­si tra­vail­lé le chant et la comédie. Je voue une réelle pas­sion pour ces trois arts et c’est donc très naturelle­ment que je me suis dirigé vers la comédie musi­cale… C’est for­mi­da­ble de me retrou­ver sur scène et de pou­voir mêler chant, danse et comédie.

Vous faites par­tie du spec­ta­cle Le Roi Lion depuis trois saisons main­tenant. Pou­vez-vous nous par­ler de cette expérience ?
Le Roi Lion
a boulever­sé beau­coup de choses dans ma vie, je m’es­time vrai­ment très chanceux d’avoir pu faire mes pre­miers pas dans la comédie musi­cale avec un tel spec­ta­cle ! Cette expéri­ence a été très for­ma­trice : tra­vailler avec l’équipe artis­tique améri­caine m’a beau­coup appris, le tra­vail de choeur au sein de l’ensem­ble est extra­or­di­naire. Je suis égale­ment dou­blure de deux rôles prin­ci­paux (Sim­ba et Ban­zaï) et tous deux m’ont demandé une impli­ca­tion et un tra­vail énormes.
Aujour­d’hui, je suis vrai­ment très fier de faire par­tie de cette aven­ture, cela n’est pas tou­jours facile, surtout après trois saisons. Il n’est pas tou­jours évi­dent de trou­ver la moti­va­tion quo­ti­di­enne, il ne faut pas tomber dans la routine.
Par ailleurs, j’ai fait des ren­con­tres for­mi­da­bles sur ce cast et le fait de tra­vailler chaque jour avec des per­son­nes qui sont plus des amies que des col­lègues aide a se ressourcer. Enfin, le prin­ci­pal est le retour du pub­lic, les fris­sons que l’on partage avec eux, par exem­ple lors de l’ou­ver­ture du spec­ta­cle. Pou­voir chaque jour don­ner autant de plaisir et de rêve est une réelle récompense !

Avec cer­tains mem­bres de la troupe, sous l’im­pul­sion de Valéry Rodriguez, vous avez créé la revue Swing­ing Life. Quel sou­venir gardez-vous de cette expérience ?
C’est juste­ment l’une des choses que Le Roi Lion a per­mis­es, ren­con­tr­er ce petit cer­cle d’amis habités par la même pas­sion et la même moti­va­tion. Je garde un sou­venir for­mi­da­ble de Swing­ing Life, l’ensem­ble de l’aven­ture a été mémorable.
Le plus mar­quant avec ce spec­ta­cle, c’est la rapid­ité avec laque­lle les choses se sont enchaînées, nous sommes par­tis de rien. Un jour, Valery Rodriguez nous a fait part de son idée de faire un med­ley de stan­dards de jazz à l’oc­ca­sion d’un con­cert privé. Grâce à cette représen­ta­tion et aux retours posi­tifs du pub­lic, le pro­jet est devenu beau­coup plus ambitieux. En quelques semaines, un spec­ta­cle artic­ulé en trois actes a été écrit, mis en scène et choré­graphié. Six musi­ciens ont rejoint le groupe, ain­si que toute une équipe tech­nique et mar­ket­ing. Et ce qui est touchant, c’est que toutes ces per­son­nes sont avant tout des amis qui croient en nous.

Ce spec­ta­cle va-t-il revenir à l’affiche ?
Aujour­d’hui, nous sommes tous très motivés par ce spec­ta­cle et nous con­tin­uons à le faire évoluer. Nous espérons obtenir bien­tôt une rési­dence sur Paris afin de faire swinguer la capitale !

Com­ment vous êtes-vous retrou­vé sur la série Chante ! ?
Je ne con­nais­sais pas bien cette série mais le con­cept me sem­blait intéres­sant alors j’ai com­mencé par audi­tion­ner en danse. Suite à cela, j’ai audi­tion­né en chant puis en comédie. Après plusieurs tours d’au­di­tions, la pro­duc­tion m’a appelé pour me dire que le rôle de Mick­aël était pour moi.

Pou­vez-vous nous par­ler de ce personnage ?
Mick­aël est un pro­fesseur de danse dans une école de for­ma­tion de jeunes artistes. C’est un prof assez jeune et donc proche de ses élèves. C’est aus­si le pre­mier danseur de la com­pag­nie de danse de « Karim Brahi ». Il suc­combe très rapi­de­ment aux charmes de la belle Tina (inter­prétée par Priscil­la), et très vite c’est le grand amour entre eux, ce qui n’est pas for­cé­ment du goût de tout le monde.

Com­ment se passe le tra­vail sur Chante, vis­i­ble­ment le rythme est très soutenu ?
Oui, effec­tive­ment c’est un rythme de tour­nage très soutenu, il y a deux plateaux de tour­nage en simul­tané. Nous com­mençons très tôt le matin et pas­sons la journée entière sur les plateaux.

Est-ce une expéri­ence que vous souhaitez poursuivre ?
Oui, j’ai trou­vé le tra­vail devant la caméra très intéres­sant, c’est une expéri­ence très dif­férente du théâtre. J’e­spère qu’une nou­velle sai­son de la série sera tournée et j’aimerais en faire par­tie. Sinon pourquoi pas dans une autre série ou encore un film…

Vous touchez à dif­férentes formes d’ex­pres­sion artis­tique : clips, danse, série tv, spec­ta­cles musi­caux, enreg­istrement de chan­sons… Y a‑t-il un domaine que vous préférez ?

Thierry Picaut
Thier­ry Picaut

On me pose sou­vent cette ques­tion et je ne sais jamais quoi répon­dre. C’est vrai que j’ai la chance d’être pluridis­ci­plinaire et de pou­voir pass­er aisé­ment d’un domaine à l’autre. A chaque fois je me sens épanoui. J’ai aimé évoluer dans des com­pag­nies de danse, j’aime la comédie musi­cale, j’aime égale­ment cette mon­tée d’adré­naline lorsque je suis devant les caméras et que j’en­tends le clap. Chaque fois que je tra­vaille une dis­ci­pline dif­férente, je me dis : « c’est celle-là que je préfère ». Au final je n’ai pas de préférence, j’aime sim­ple­ment tout ce que je fais.

Y a‑t-il un rôle que vous rêver­iez d’interpréter ?
Il y en a beau­coup ! J’aimerais inter­préter le rôle de Sea­weed dans Hair­spray, Eddie dans Sis­ter Act, Jekyll and Hyde ou encore jouer dans Rent… Mais ce que je rêverais d’in­ter­préter, c’est un rôle qui, à la base, ne serait pas écrit pour un comé­di­en noir. J’aimerais pou­voir boule­vers­er les codes de notre société alors pourquoi pas un prince char­mant (rires) ? Ou bien un rôle dans Les Mis­érables par exemple…

Quels sont vos pro­jets à venir ?
Il s’ag­it prin­ci­pale­ment de Swing­ing life, j’e­spère vrai­ment que l’on parvien­dra à men­er ce pro­jet très loin. J’ai envie de très vite remon­ter sur scène avec mes amis dans ce spec­ta­cle. Je tra­vaille en par­al­lèle sur deux con­certs en tant que choré­graphe et j’en­reg­istre aus­si mes pro­pres maquettes.

Et enfin, que peut-on vous souhaiter pour 2010 ?
La san­té… Je pense que c’est le prin­ci­pal. Ensuite de m’é­panouir dans tout ce que j’entreprends.
J’en prof­ite pour souhaiter à tout le monde une très belle année 2010 ! Faites swinguer votre vie…