The best of the Blues Brothers — The eight killers American show

0
255

Con­cert live avec Mac Loyd et Al Toubs (leads chant), Yann Masse (bat­teur), Dan Aigert (bassiste), Mis­ter NO (gui­tariste), Steve Dan­son (clavier), Steph Nizz (saxo), Chris Christo­pher (trompet­tiste).

Inter­dit de danser sur les fauteuils
Désor­mais on fait cette annonce un peu éton­nante et inhab­ituelle au Théâtre de Paris : « Mer­ci de ne pas mon­ter sur les fau­teuils et de ne pas danser dessus » juste avant que le spec­ta­cle de The Best Of The Blues Broth­ers ne com­mence. Car si vous venez voir l’én­ergique groupe des Eight Killers, vous allez danser ! C’est promis. Dès le lever de rideau ces huit musi­ciens sont chargés d’élec­tric­ité et la com­mu­niquent immé­di­ate­ment au pub­lic venu s’é­clater sur des stan­dards du blues et du rock. Le groupe enchaîne les hits les uns après les autres avec beau­coup de maîtrise. On ne voit pas le temps pass­er en écoutant « Gimme Some Lov­ing », « Jail­house Rock », « Min­nie The Moocher », « Soul Man » ou bien encore « Peter Gun ». A la troisième chan­son, le tube plané­taire « Every­body Needs Some­body » fait danser une bonne par­tie de la salle qui se dirige vers la fos­se nou­velle­ment créée. A la fin du show, on est tous debout, à danser dans les rangées avec les bras en l’air.

Ils sont doués ces blues­men au CV impres­sion­nant (Prince, Chuck Berry, Vince Tay­lor, Sim­ple Minds, etc.). Ce sont des petits rigo­los qui ont décidé de truf­fer leur spec­ta­cle de gags et d’ac­ro­baties (!). Pas de doute, ils sont les fidèles héri­tiers des Blues Broth­ers, le film, sans avoir rien à leur envi­er ; grâce à eux on rep­longe dans l’u­nivers déli­rant et déjan­té d’un film à l’his­toire saugrenue mais accom­pa­g­née par de mémorables morceaux de rock ‘n’ blues. Pour l’anec­dote, les Eight Killers se sont ren­con­trés à Paris. Et juste retour des choses, ils nous revi­en­nent après qua­tre années de tournée mon­di­ale. Alors si vous voulez vous éclater entre amis à un très bon con­cert, une seule adresse : le Théâtre de Paris. Incroy­able mais vrai !

A not­er : le CD des Eight Killers est disponible à la fin du spec­ta­cle dans le hall du Théâtre (6 titres, 100 F)