Thanato-Thérapie (Critique)

0
311

Du 1er au 29 Nov :
Les jeud­is à 21h et les samedis à 19h15

Du 6 au 21 Décembre :
Les jeud­is et ven­dredis à 19h

Du 27 Décem­bre au 4 Janvier :
Les jeud­is et ven­dredis à 19h15

Du 11 au 26 jan­vi­er 2013 :
Les ven­dredis et samedis à 19h15

Auteur et Met­teur en scène : Arno Monnier
Com­pos­i­teur : StCyr
Avec : Tiffanie Jamesse ou Nat­acha Picard„ Marc Van Weymeer­sch, Clotilde Cheva­lier Thomas Math­ieu & StCyr

Des jeunes mar­iés, une église, un talon cassé et voilà le doux Pierre et l’hys­térique Marie propul­sés dans l’éter­nel. Un voy­age de noce inhab­ituel. Imag­inez un instant, vous vous réveillez dans un cab­i­net, une anticham­bre, un lab­o­ra­toire… bref, peu importe… accueil­li par Jean-Désiré, thanato­prac­teur de son méti­er. Un G.O un peu par­ti­c­uli­er qui vous par­le de vérité et de sincérité. Bien­v­enue mes amis, entrez en thérapie ! Vous ten­terez peut-être de négoci­er mais le retour est impos­si­ble et la clef de l’avenir cachée der­rière les apparences, les men­songes, l’orgueil et les préjugés. Il fau­dra par­venir à la trouver.

Notre avis :
Thana­to-thérapie, c’est un peu comme Le Juge­ment dernier, le musi­cal. L’intrigue se déroule en effet dans l’antre de la vie éter­nelle, prosaïque­ment présen­tée comme un labo où l’on analyse les âmes avant leur ultime affec­ta­tion. Or, les derniers arrivants sont un cou­ple tout juste mar­ié et une jeune femme schiz­o­phrène dont les sautes d’humeur font… sauter bien des ver­rous et sus­ci­tent des révéla­tions. Mal­gré un sujet a pri­ori com­plexe, la pièce se veut résol­u­ment drôle et légère. Elle soumet à rude épreuve les acteurs qui doivent régulière­ment chang­er de reg­istre car tous les per­son­nages finis­sent par être touchés de schiz­o­phrénie. Dans l’esprit, on n’est pas très loin des sketchs de Scènes de ménages, la série de M6, où des cou­ples se dis­ent leur qua­tre vérités. La par­ti­tion, d’inspiration pop, accom­pa­gne bien la nar­ra­tion. On regret­tera toute­fois les refrains trop sys­té­ma­tique­ment récur­rents, tour­nant en boucle dans des exer­ci­ces de vocalise. Claire­ment, le spec­ta­cle est encore jeune et demande à mûrir dans le fond et la forme. Mais comme syn­thèse de café-théâtre et de comédie musi­cale, il est un pro­jet intéressant.