Swinging Life

0
408

Idée et livret : Valéry Rodriguez.

Scéno­gra­phie et mise en scène : Jean-Michel Fournereau.

Arrange­ments et direc­tion musi­cale : Jan Stumke.

Choré­gra­phie : Valérie Masset.

Cos­tumes : Sami Bedioui.

Créa­tion Lumière : Denis Koransky.

Créa­tion Son : Karim Mechri, Leslie Marc.

8 Chanteurs-Comé­di­ens-Danseurs : Nel­ly Céler­ine, Méli­na Mar­i­ale, Méli­na M’Poy, Anand­ha Seetha­nen, Math­ieu Bol­dron, Ger­main Depry, Thier­ry Picaut & Valéry Rodriguez.

6 Musi­ciens : Alex Poyet (bat­terie), Pas­cal Vau­cel (gui­tare), Clement Blu­men (basse), Jean-François Fier­ling (sax­o­phone) & Christophe Jam­bois (clavier).

« Swing­ing Life » est né de la ren­con­tre de jeunes artistes d’hori­zons divers, ayant en com­mun l’amour des comédies musi­cales et de la musique « black », le swing, le blues, la soul, le jazz, le gospel, …

« Swing­ing Life » est une « revue » où l’on décou­vre au fil des textes de nom­breuses allu­sions à l’ex­clu­sion, à la dif­férence, aux com­bats pour la dig­nité humaine. Change­ments de tableaux rapi­des, suc­ces­sions de cos­tumes, musi­ciens sur scène en dia­logue per­ma­nent avec les chanteurs. Ça chante, ça danse, ça bouge, ça groove!!!

Le livret, imag­iné par Valery Rodriguez, ini­ti­a­teur du pro­jet, pro­pose une suc­ces­sion de numéros issus de grandes comédies musi­cales faisant hom­mage à la cul­ture noire-améri­caine, comme par exem­ple ce « Smokey Joe’s Café », musi­cal regroupant les suc­cès de Leiber et Stoller. Des extraits égale­ment de « The Life », « La couleur pour­pre », « Dream­girls » et bien d’autres… Toutes repren­nent de grands titres de la musique jazz ou soul, de Duke Elling­ton à xxx, avec une dimen­sion humaine saisissante.

Les six musi­ciens et les huit comé­di­ens chanteurs/danseurs qui vont porter ce spec­ta­cle sont de belles et fortes per­son­nal­ités, chargées d’é­mo­tions, de charisme et d’un swing naturel. Leur immense tal­ent leur per­me­t­tra d’in­car­n­er divers rôles attachants et per­cu­tants. Per­son­nages fous, ten­dres, cru­els, stéréo­types de la 42ème rue ou arché­types du music-hall par­fois détournés, ils évo­quent tous quelques moments his­toriques de l’his­toire noire-améri­caine de l’en­tre deux-guer­res aux années 70 (la ségré­ga­tion, les black­faces, les mou­ve­ments con­tes­tataires, Rosa Parks, Al Jol­son, etc) mais aus­si l’amour, la pros­ti­tu­tion, l’é­man­ci­pa­tion des femmes… Evo­ca­tion par « petites touch­es », images sim­ples et furtives… Mais s’il est par­fois émou­vant, « Swing­ing Life » se veut avant tout léger et drôle!

Le spec­ta­cle ne racon­tera pas « une » his­toire, mais, par une suc­ces­sion de cour­tes scènes, « des » his­toires : celles, fic­tives, de per­son­nages emprun­tés aux musi­cals améri­cains, et celles, réelles ? actuelles ou his­toriques — des ren­con­tres, amours et con­flits, d’hu­mains de cul­tures diverses…

Un spec­ta­cle fes­tif et chaleureux, qui par­lerait de liens profonds…célébré par des voix envoutantes et des rythmes trép­i­dants. Une comédie musi­cale déjan­tée, rem­plie d’hu­mour et d’une pêche com­mu­nica­tive, qui vous fera redé­cou­vrir des stan­dards du rhyth­m’n’blues tels que « Stand by me » ou encore « Neigh­bour­hood » sous un autre angle…