Stephen Sondheim, par Renaud Machart

0
67

C’est à l’occasion des représen­ta­tions de Sun­day in the Park With George au Théâtre du Châtelet en avril dernier que paraît cet essai dans la col­lec­tion Clas­si­ca chez Actes Sud. Son auteur, Renaud Machart, essen­tielle­ment con­nu pour ses cri­tiques (en général très tranchées) dans Le Monde et ses émis­sions sur France Musique, con­tin­ue ain­si de nous livr­er ses con­nais­sances et nous faire part de son goût de la musique états-uni­enne, après des essais sim­i­laires sur John Adams et Leonard Bern­stein, parus respec­tive­ment en 2004 en 2007 chez le même édi­teur.

Cet ouvrage con­stitue le pre­mier livre de référence en langue française con­sacré à celui que cer­tains n’hésitent pas à qual­i­fi­er de dieu du musi­cal et que le pub­lic français com­mence seule­ment à décou­vrir, grâce au Théâtre du Châtelet (A Lit­tle Night Music en 2010, Sweeney Todd en 2012) et l’Opéra de Toulon (Fol­lies en 2013). Et l’on savoure l’enthousiasme de son auteur à non seule­ment dépein­dre la richesse créa­trice de Sond­heim mais aus­si à décor­ti­quer les élé­ments qui per­me­t­tent de mieux appréhen­der l’originalité et la com­plex­ité de celui qui, de ce fait, est loin d’avoir enchaîné les suc­cès. S’il ne peut pass­er sous silence son tra­vail de lyri­cist, en par­ti­c­uli­er sur West Side Sto­ry et Gyp­sy, Renaud Machart se con­cen­tre volon­taire­ment sur la facette de com­pos­i­teur de Sond­heim, que lui-même con­sid­ère comme préémi­nente, étant don­né sa for­ma­tion. Cha­cune de ses œuvres, de ses débuts à l’université jusqu’à un récent pro­jet en col­lab­o­ra­tion avec David Ives – qui pour­rait prochaine­ment se con­cré­tis­er – en pas­sant par ses pièces les plus con­nues et ses col­lab­o­ra­tions pour le ciné­ma et la télévi­sion, est méthodique­ment passée en revue : le chem­ine­ment créatif, les inten­tions du com­pos­i­teur, les dif­férentes influ­ences musi­cales (qu’elles soient dites clas­siques, comme Rav­el ou Rach­mani­nov, ou de comédie musi­cale, comme Berlin, Gersh­win, Kern, Rodgers, Porter, Arlen…), l’analyse de la forme glob­ale et des dif­férents tableaux, numéros ou songs, le con­texte de la créa­tion scénique (au besoin en rap­pelant les mécan­ismes pro­pres à l’industrie de Broad­way – à ce titre, le glos­saire des ter­mes util­isés dans le domaine du musi­cal est très utile), l’accouchement (sou­vent dif­fi­cile), l’accueil de la cri­tique et du pub­lic, et le regard porté par le com­pos­i­teur immé­di­ate­ment après ou bien plus tard, notam­ment dans ses mémoires Fin­ish­ing The Hat et Look, I MadeA Hat.

Comme on s’en doute, cet essai ravi­ra avant tout l’aficionado de musi­cal qui sera séduit par l’analyse éru­dite et détail­lée du réper­toire sond­heimien grâce aux nom­breuses cita­tions (extraits de notes auto­bi­ographiques, arti­cles de presse, inter­views…) et références à des enreg­istrements CD ou DVD. Mais il peut tout autant séduire un pub­lic moins con­nais­seur du genre, grâce à la clarté de sa présen­ta­tion et la qual­ité du tra­vail d’essayiste.

Com­man­der Stephen Sond­heim par Renaud Machart sur Ama­zon.