Soirée Paradisco — Une soirée au Paradisco

0
285

Paradisco ©DR
Par­adis­co ©DR
1er décem­bre 2002 : près de 500 per­son­nes étaient réu­nies ce soir-là à l’Au­di­to­ri­um du Forum des Images pour com­mé­mor­er d’une façon peu ordi­naire cette journée mon­di­ale de lutte con­tre le sida. Au pro­gramme, le court-métrage musi­cal de Stéphane Ly-Cuong, Par­adis­co, qui évoque les thèmes de la mémoire et du deuil mais sur un mode musi­cal et léger, ain­si que des chan­sons de comédie musi­cale français­es et anglo-sax­onnes, inter­prétées par les artistes du film. La soirée était placée sous l’égide de SIDA Info Ser­vice et de Athanor Stu­dio, société qui a pro­duit le film.

Les applaud­isse­ments étaient déjà dens­es et chaleureux lors du dis­cours de présen­ta­tion d’Ar­naud Cazet, l’un des fon­da­teurs de Regard en Coulisse, qui ani­mait la soirée, et ils le furent d’au­tant plus après les 18 min­utes de dif­fu­sion. Char­mé, ému, amusé, touché, le pub­lic a vis­i­ble­ment été con­va­in­cu par l’oeu­vre présen­tée et l’a fait savoir par une salve d’ap­plaud­isse­ments à n’en plus finir.
Et on peut dire que Stéphane Ly-Cuong a fait fort : pas moins de 33 comé­di­ens sont réu­nis sur ce film et pas des moin­dres, on y retrou­ve Jérôme Pradon, Antho­ny Rapp, Ann’­So, Bar­bara Scaff, Gré­gori Baquet, Sinan, Alexan­dre Bon­stein, Lau­rent Ban, etc… Un cast­ing très impres­sion­nant pour cette comédie musi­cale pas comme les autres.

L’équipe du film est ensuite venu expos­er la con­struc­tion et la réal­i­sa­tion de ce pro­jet, de même que SIDA Info a expliqué son tra­vail quo­ti­di­en d’in­for­ma­tion et de préven­tion. Entre deux inter­views ron­de­ment menées par Arnaud Cazet, le pub­lic a pu appréci­er des inter­mèdes musi­caux de très grande qual­ité. Les femmes du film ont ouvert le bal avec une émou­vante ver­sion de « Hard Can­dy Christ­mas », extrait de The Best Lit­tle Whore­house in Texas. Les garçons ont inter­prété une ver­sion décalée de « Tou­jours Jamais » des Demoi­selles de Rochefort. Jérôme Pradon et Antho­ny Rapp nous ont réservé deux grands moments d’é­mo­tion, le pre­mier avec « Seul devant ces tables vides » des Mis­érables, qui évoque le deuil et le cha­grin d’avoir per­du des proches, le deux­ième avec une inter­pré­ta­tion magis­trale de « With­out You », tiré de Rent. Enfin, la troupe a con­clu la soirée avec un « Sea­sons of Love » plein d’op­ti­misme… et d’amour !

Cette journée par­ti­c­ulière s’est donc finie sur cette touche d’e­spoir et d’é­mo­tion, his­toire de rap­pel­er que la vie con­tin­ue, en rires et en musique.