Secret Défense

0
296

Grand Cabaret Imper­ti­nent et Musical
Texte : Chris­t­ian Giu­di­cel­li et Jean-Paul Farré
Musique : Thier­ry Boulanger
Mise en scène : Jean-Marie Lecoq
Choré­gra­phie : Anne-Marie Gros
avec : Jean-Paul Far­ré, Fabi­enne Guy­on, Flo­rence Pel­ly, Patrick Zard’ et 6 musi­ciens sur scène

Le sujet est intri­g­ant, et le spec­ta­cle inté­grale­ment chan­té est promet­teur. À gauche de la scène se tien­nent des cordes (2 musi­ciens) et le piano. À droite, il y a les vents (3 musi­ciens). Ensem­ble, ils accom­pa­g­nent les qua­tre per­son­nages d’une ren­con­tre haute­ment improb­a­ble : madame la juge fait com­para­ître Jeanne d’Arc, Napoléon et Charles De Gaulle, c’est-à-dire trois fig­ures français­es indéboulonnables. Mazette! Serait-ce d’His­toire, avec un grand H, dont il s’ag­it ? Dans les faits, ce seront plutôt des his­toires à faire rire en chansons.

Dis­ons le tout net : le spec­ta­cle est réus­si grâce à ses pro­tag­o­nistes qui pren­nent un malin plaisir à incar­n­er ces icônes gen­ti­ment mal­traitées. La loufo­querie du texte ne leur fait pas peur, et c’est tant mieux ! Jean-Paul Far­ré donne à voir un Napoléon clow­nesque, Patrick Zard’ endosse le cos­tume du Général avec aplomb. Quant à Fabi­enne Guy­on, c’est tou­jours un plaisir de la retrou­ver sur scène, sa Jeanne d’Arc qui s’in­ter­roge sur les plaisirs de la chair ne manque pas de piquant. Flo­rence Pel­ly avec ce rôle de juge austère qui finit par se retrou­ver dans une sit­u­a­tion improb­a­ble, son reg­istre vocal s’étoffe encore, et avec bon­heur. La par­ti­tion de Thier­ry Boulanger sert par­faite­ment les dif­férentes voix en présence, sans compter celles des musi­ciens, mis eux aus­si à contribution.

Nous pou­vons mal­gré tout regret­ter que l’idée de départ ne soit pas menée à terme. Il y a des moments plaisants comme l’in­ven­taire des pièces à charges, mais on reste un peu sur sa faim en atten­dant que l’on nous entraîne sur des chemins un peu moins con­ven­tion­nels : on pen­sait par exem­ple appren­dre davan­tage de choses sur ces trois per­son­nages, rien de neuf ne sera dévoilé et leur réu­nion, au final, ne pro­duit pas le feu d’ar­ti­fice escomp­té. Toute­fois, comme le spec­ta­cle ne se prend pas au sérieux une sec­onde et que l’én­ergie de l’équipe est com­mu­nica­tive, vous pou­vez facile­ment entr­er dans cette danse his­torique aux allures de music-hall !