Scott Emerson, la voix de Spirit of Chicago Orchestra

0
136

Spir­it of Chica­go Orches­tra : par­lez-nous de cette formation ?
Cet ensem­ble a été fondé en 2002 par Bastien Stil, chef d’orchestre et pianiste, et le bat­teur Jean-Benard Leroy. Les onze mem­bres de l’orchestre sont spé­cial­isés dans le Jazz Hot et le réper­toire des années 20 et 30 en recréant le son et l’ambiance des pre­miers moments du jazz et des big band. Actuelle­ment, nous présen­tons notre sec­ond enreg­istrement : Singin’in the rain, the Ori­gins. J’ai la chance d’en faire par­tie en étant le soliste vocal. Cet album est dis­tribué par Klarthe/Harmonia Mun­di International.

Scott Emerson
Scott Emer­son © Loli Maeght

D’où est venue l’idée de cet album ?
Alors qu’il tra­vail­lait sur l’enregistrement du pre­mier album au début de l’année 2013, Bastien Stil m’a demandé le lien entre moi et… Singin’in the rain après avoir lu ma biogra­phie. En effet j’ai joué et chan­té dans pas moins de cinq pro­duc­tions de cette comédie musi­cale depuis les années 80, en pas­sant par la ver­sion présen­tée en France en 2001 et qui rem­por­ta un Molière. Son idée était d’essayer de trou­ver les arrange­ments d’origine de chaque titre, issus de comédies musi­cales dif­férentes des années 20 et 30 et qui sont réu­nies dans le film de la MGM de 1952. Une idée orig­i­nale… mais com­plexe : où trou­ver ces éléments ?
Suite à un tra­vail avec des experts, des bib­lio­thé­caires, des uni­ver­si­taires aux USA, nous avons pu met­tre la main sur ces élé­ments. Le fond impor­tant de la bib­lio­thèque du Con­grès de Wash­ing­ton DC nous a été d’une grande util­ité, leur sou­tien sans faille. Nous avons égale­ment eu accès aux archives de ces mêmes épo­ques de la radio CBS par le biais de la bib­lio­thèque publique de New York.

Le son est très par­ti­c­uli­er : com­ment faire pour y parvenir ?
Dans les pre­miers enreg­istrements de jazz, la sec­tion ryth­mique com­pre­nait le sousaphone/tuba et le ban­jo. Deux instru­ments aux sonorités fortes qui étaient plus faciles à enreg­istr­er que la con­tre­basse et la gui­tare durant ces années pio­nnières en matière d’enregistrement. Même Jean-Bernard Leroy, le bat­teur, a util­isé des effets sonores par­ti­c­uliers avec sa bat­terie. Spir­it of Chica­go Orches­tra tente de cap­tur­er le phrasé, le ren­du de cette péri­ode comme le font les ensem­bles de musique baroque, par exemple.

Qu’est-ce qui fut le plus dif­fi­cile à accomplir ?
Fouin­er pour trou­ver les par­ti­tions et autres élé­ments. De nom­breuses let­tres, appels télé­phoniques furent néces­saires. Tout cela tra­ver­sa l’Atlantique jusque vers nous. Et Bastien Stil se ren­dit à New York pour con­sul­ter les archives de la CBS. Ce tra­vail de recherche inten­sif néces­si­ta plus d’un an.

La for­ma­tion va-t-elle se pro­duire sur scène ?
En fonc­tion des salles le groupe oscille entre onze et dix sept mem­bres pour les con­certs de Singin’in the rain — The Ori­gins. Nous avons égale­ment une propo­si­tion qui inclut deux danseurs, si le théâtre qui nous accueille a le bud­get pour. Le pub­lic adore voir les danseurs, surtout lorsqu’ils font des cla­que­ttes ! Il faut dire que qua­si­ment tous les choix qui ont été faits pour ce disque sont ori­en­tés vers la danse !

Quels sont vos projets ?
J’aurai la chance de par­ticiper à l’ultime comédie musi­cale présen­tée au Châtelet par Jean-Luc Choplin : 42nd street. Je par­ticiperai égale­ment à une nou­velle pro­duc­tion de Hel­lo Dol­ly ! présen­tée à l’Opéra de Metz durant la sai­son 2017/2018. Et chanter, bien enten­du, Singin’in the rain soit sur vos platines, soit en direct lors de concerts !

Notre avis sur le CD.