Canada — Schwartz’s : The Musical (Critique)

0
257

Musique : Rick Blue & George Bowser
Paroles : Rick Blue & George Bowser
Livret : Rick Blue & George Bowser
Mise en scène : Roy Surette
Choré­gra­phies : Shane Snow

Dis­tri­b­u­tion :
Vito DeFil­ip­po : Ben
Bruce Dins­more : Brad / Ensemble
Hol­ly Gau­thi­er-Frankel : Elsie / Ensemble
Dominic Lor­ange : Guy / Ensemble
Stéphanie Mar­tin : Amber
Gor­don Mas­ten : Mac / Ensemble
Feli­cia Shul­man : Madame Char­trand / Ensemble
Chris Bar­il­laro : Musi­cien / Ensemble
Rick Blue : Musi­cien / Ensemble
George Bows­er : Musi­cien / Ensemble
Jim­my Cahill : Musi­cien / Ensemble

Notre avis : Mon­ter une comédie musi­cale sur l’histoire d’un restau­rant peut sem­bler être un  choix étrange… mais lorsque led­it restau­rant est le célèbre Schwartz’s de Mon­tréal, c’est tout à fait plausible.

Les auteurs Rick Blue et George Bows­er, deux humoristes très con­nus sur le marché anglo­phone, ont su relever ce défi. Ils ne sont pas (trop) tombés dans les clichés. Ils ont su, en se bas­ant sur le livre Schwartz’s Hebrew Del­i­catessen : The Sto­ry, faire ressor­tir les plus beaux moments de cet incon­tourn­able lieu mon­tréalais qu’est le restau­rant Schwartz’s. Ils pro­posent un style musi­cal très var­ié allant du rétro au coun­try en pas­sant par le folk et ce, tout en faisant en sorte que la musique soit d’une légèreté remar­quable et mémorable, avec seule­ment deux gui­tares et un mini tambour…

Avoir dans sa dis­tri­b­u­tion des noms tels que Stéphanie Mar­tin ou Dominic Lor­ange, deux habitués dans ce domaine, ne peut vrai­ment pas nuire au suc­cès d’une comédie musi­cale. Pour ce qui est de Stéphanie Mar­tin (Amber) que le pub­lic avait con­nue grâce à son rôle d’Éponine dans la pre­mière mon­di­ale fran­coph­o­ne de la comédie musi­cale Les Mis­érables à Mon­tréal, en 1991, on se sou­vient que cette per­for­mance lui avait valu la recon­nais­sance du milieu. Or, depuis cette pre­mière expéri­ence, Stéphanie Mar­tin a gag­né beau­coup d’assurance dans ce qu’elle fait et cela se ressent, tant dans sa voix, qui est des plus mélodieuses et puis­santes, que dans son jeu. On espère de tout cœur qu’ elle restera dans le monde de la comédie musi­cale pour encore des années et des années. Tout comme Stéphanie Mar­tin, le très tal­entueux Dominic Lor­ange (Guy) a fait par­tie de la dis­tri­b­u­tion des Mis­érables, mais celle de 2008, au Capi­tole à Québec. Dominic Lor­ange pos­sède un avan­tage sur cer­tains de ses com­pères : il a par­ticipé à de nom­breuses comédies musi­cales et on y recon­naît son immense talent.
Issu du monde de l’opéra, le très tal­entueux Vito DeFil­ip­po (Ben), offre une per­for­mance hors du com­mun. Sa voix, d’une justesse à couper le souf­fle, vous fera vivre des moments pal­pi­tants. On accordera égale­ment une men­tion toute spé­ciale à Hol­ly Gau­thi­er-Frankel (Miss Sug­ar­puss) d’une présence scénique mag­nifique et Feli­cia Shul­man (Madame Char­trand) qui nous fait crouler de rire dans le rôle de la pro­prié­taire parisi­enne du restau­rant Schwartz’s  !

La mise en scène de Roy Surette sert très bien l’histoire de la pièce. Il sait diriger ses comé­di­ens tous plus dif­férents les uns que les autres. Il a même réus­si à faire un petit clin d’œil aux Mis­érables… un petit bijou ! Et que dire des cos­tumes… sinon un énorme bra­vo à mon­sieur James Lavoie ! Ses créa­tions de « Frite », de « Cott Black Cher­ry cola » et surtout de « Moutarde », ont su faire rire le pub­lic aux éclats. Idem du coté des décors. Sur la scène, on retrou­ve évide­ment la façade mais aus­si l’intérieur qui sont iden­tiques au vrai restau­rant du boule­vard Saint-Lau­rent à Mon­tréal. Cha­peau à John C. Dinning !

Schwartz’s : The Musi­cal, traite bien naturelle­ment d’un sujet très mon­tréalais. Vous n’avez qu’à regarder ces titres de chan­sons : « Why is St-Lawrence called the main ? » ou « What’s Toron­to Got ? », pour com­pren­dre que le sujet de la pièce a peu de chances de s’in­staller du coté de Broad­way et, pour­tant, cette comédie musi­cale « made in Mon­tréal » a absol­u­ment tout, pour percer le marché mon­di­al de la comédie musicale.
Tout ce que l’on peut souhaiter, c’est que Schwartz’s : The Musi­cal, reste à l’affiche de nom­breuse années. Mais, pour le moment, si vous avez envie de décou­vrir ce qu’est le « Schmutz » , dépêchez-vous, car il sem­ble que pas moins de 75% des bil­lets aient déjà trou­vé preneur…

Les bil­lets pour Schwartz’s : The Musi­cal, sont présen­te­ment en vente via le site inter­net du Théâtre Centaur

Extrait :
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=oRKaorWQnPA[/youtube]