Salut les copains, le spectacle musical (Critique)

0
306

Auteur : Pas­cal Forneri
Mise en scène : Stéphane Jarny

Et :
Agnès Boury : Dialoguiste
Stéphane Laporte : Dialoguiste
Bruno Berberes : Direc­tion de Casting
Nathalie Dupuy : Coach Vocal
Jean-Marc Vic­ar­i­ot dit « Chiq­ui­to » : Direc­tion Musicale
David Berland : Arrangeur
Sté­fanie Jarre : Décoratrice
Vanes­sa Coquet : Costumière
Cécil­ia Sebaoun : Costumière
Antoine Wauquier : Coiffeur
Philippe Par­men­tier : Créa­tion Son
Erwan Champigné : Créa­tion Lumières
Patri­cia Delon : Assis­tante Mise en scène et chorégraphe

Avec Vin­cent Heden, Marie Facun­do, Anaïs Del­va, Fan­ny Fourquez, Alexan­dre Faitrouni, Flo Mal­ley, Gré­go­ry Deck, Lau­rent Paolini…

Résumé :

Le phénomène des années 60 Salut Les Copains, le spec­ta­cle musi­cal enfin sur scène !
Pour le 50ème anniver­saire du pre­mier mag­a­zine créé en 1962 et de l’émission mythique sur Europe 1, le sym­bole de la jeunesse des années 60 revient sur le devant de la scène pour un spec­ta­cle inédit !!
Deux heures au coeur de la péri­ode des idoles !
Dans une his­toire orig­i­nale, une troupe de comé­di­ens, chanteurs et danseurs repren­dront les plus grands tubes de ces années de liberté.
La folie des Yéyé et des années pop va revivre sur la scène des Folies Bergère. Au tra­vers de tableaux orig­in­aux, aucun détail culte de cette décen­nie ne sera oublié : sco­pi­tones, cheveux longs, twist, blousons noirs, Mai 68…
Le livre d’une péri­ode qui a mar­qué l’Histoire s’ouvre pour deux heures de spectacle.
Salut Les Copains, le spec­ta­cle musi­cal, c’est aus­si une his­toire orig­i­nale : C’est l’histoire de quelques-uns de ces incon­nus, des ado­les­cents comme tant d’autres, fidèles audi­teurs et lecteurs de SLC, qui ont vécu, aimé, dan­sé, rêvé, et décou­vert une cer­taine idée de la lib­erté, au rythme de la musique et des pages portées par ces ini­tiales mythiques. Le rock est là, et les jeunes ont la bougeotte, comme Cather­ine qui rêve d’un quo­ti­di­en dif­férent de celui de ses par­ents, et dont l’ambition va éprou­ver son engage­ment amoureux à Michel, un ténébreux ado­les­cent ren­con­tré dans le cadre d’un arti­cle pour Salut Les Copains. Une his­toire, d’amitié, de twist, d’amour, de rires et de lib­erté nou­velle eupho­risante dont on ne sait pas tou­jours que faire…

Notre avis :

C’é­tait hier, c’é­tait il y a 50 ans. Toute une généra­tion allumait son tran­sis­tor à 17h, pour le sacro-saint ren­dez-vous d’Eu­rope n°1 : SLC « Salut les Copains » ! C’é­tait le temps de l’amour, le temps des copains et de l’aven­ture. La jeunesse décou­vrait ses idol­es, les pub­lic­i­taires une nou­velle cible, Annie décou­vrait les sucettes et la France les cou­ettes de Sheila.
Depuis le 18 octo­bre, les blousons de cuir des mau­vais garçons et les jupes à car­reaux des midinettes sont de retour sur la scène des Folies Bergère grâce au for­mi­da­ble spec­ta­cle de Pas­cal Forneri et Stéphane Jarny. L’his­toire de l’émis­sion mythique est pré­texte à ressus­citer les années Yéyé à tra­vers le quo­ti­di­en de Cather­ine, Nicole, Michel et leurs amis, ado­les­cents des années 60.

Mené de main de maître par Vin­cent Heden, excel­lent dans le rôle de l’i­dole typ­ique, le show est un pur moment de plaisir artis­tique et musi­cal. Tous les tubes sont là, par­faite­ment fon­dus dans les aven­tures de nos jeunes héros qui, au fil de leurs pre­miers émois, de leurs rêves et de leurs idéaux repren­nent et dépous­sièrent ‑si besoin était- stan­dards du twist et pre­miers rock­’n’roll. Ça chante, ça bouge, ça swing, ça pétille sur Clo­clo, John­ny, Sylvie, Polnar­eff, les Bea­t­les ou France Gall. L’ef­fet est immé­di­at, le pub­lic est déchainé.
Servis par une mise en scène ingénieuse, qui mêle comédie, hits inou­bli­ables, clins d’oeil des six­ties et suc­cès oubliés, les titres s’en­chainent sans temps mort. Cam­pant avec humour et naturel cette généra­tion du vinyle et des sur­pris­es-par­ties, la dizaine de chanteurs évolu­ant sur scène s’est par­faite­ment réap­pro­prié le réper­toire de toute une décen­nie, évi­tant l’écueil d’en faire trop. Men­tion spé­ciale au tan­dem Marie Facun­do et Alexan­dre Faitrouni qui sont plus vrais que nature dans leur inter­pré­ta­tion de cette jeunesse assoif­fée d’idéal.
Bien loin de la car­i­ca­ture et des clichés, ce flash-back musi­cal drôle et dynamique respire la bonne humeur et réus­sit à mer­veille à nous offrir le reflet d’une époque. Celle de l’ap­pari­tion de la mode, de l’au­dace de Jean-Marie Perier, des prémices de la société de con­som­ma­tion, de l’é­man­ci­pa­tion de la femme. Avant que l’in­flu­ence bri­tan­nique ne donne nais­sance à la pop et qu’un vent de lib­erté et de change­ment ne souf­fle en France, sur un cer­tain mois de mai. C’é­tait il y a 40 ans, c’é­tait hier.