Romeo & Juliet in Las Vegas (Critique)

0
253

Romeo & Juliet in Las VegasSpec­ta­cle musi­cal en langue anglaise
Adap­ta­tion de Geor­gy Batrikian
basée sur “Roméo et Juli­ette” de William Shake­speare et « Romeo and Juli­et in Las Vegas » de Rupert Morgan.

Avec Geor­gy Batrikian et Romain Bressy
Mise en scène : Geor­gy Batrikian
Con­cep­tion sonore : Ian Kapoudjian
Con­cep­tion graphique : Nico­las Huguet
Pro­duc­tion L’Accessoire Théâtre 2015

Notre avis :

Romeo & Juli­et in Las Vegas ? I can’t believe it ! C’est par l’in­ter­mé­di­aire de deux sosies d’Elvis Pres­ley et de Mar­i­lyn Mon­roe que l’his­toire des jeunes amants est présen­tée sous un jour inédit. Comme le titre le sug­gère, Vérone laisse la place à Vegas et à ses casi­nos mais les Mon­taigu et les Capulet sont ici des gangs mafieux rivaux ! Cette ver­sion présente égale­ment la par­tic­u­lar­ité d’être inter­prétée totale­ment dans la langue… de Shake­speare. Il s’ag­it toute­fois d’un anglais acces­si­ble par un large pub­lic et suff­isam­ment com­préhen­si­ble pour faire rire l’ensem­ble de la salle au bon moment.

Romain Bressy et Geor­gy Batrikian, qui inter­prè­tent l’ensem­ble des per­son­nages, prof­i­tent ample­ment de leurs allures de faux Elvis et Mar­i­lyn pour don­ner un ton décalé à cette adap­ta­tion. Ils jouent avec le pub­lic notam­ment en « l’aguichant » et en exploitant de nom­breuses mim­iques. Romeo & Juli­et in Las Vegas se déroule égale­ment en musique et les titres choi­sis tombent à pic, de « Can’t Help Falling in Love » à « Fever » en pas­sant par « Viva las Vegas ». Ian Kapoud­jian les accom­pa­gne avec tal­ent à la gui­tare ain­si qu’avec quelques bruitages bien trou­vés. La mise en scène dynamique de Geor­gy Batrikian fait de cette adap­ta­tion une agréable décou­verte. Souhaitons que le pub­lic fran­chisse la bar­rière sup­posée de la langue pour en profiter !