Roméo et Juliette en tournée — Vérone, sous le ciel d’Asie

0
353
Roméo et Juliette en Corée © www.romeonjuliette.com
Roméo et Juli­ette en Corée © www.romeonjuliette.com

Un nou­veau Roméo et Juliette
Nou­veau cast, nou­veaux décors, nou­veaux cos­tumes, nou­velle mise en scène, le spec­ta­cle s’est pro­fondé­ment mod­i­fié depuis la ver­sion de 2001. Stéphane Metro (Chance, Jesus Christ Super­star) alias le Prince de Vérone con­fie : « L’équipe créa­tive avait envie de mon­ter une toute nou­velle ver­sion issue du mélange entre les sept autres créa­tions qui se sont jouées à tra­vers le monde. Il en résulte un décor mag­nifique avec comme élé­ment prin­ci­pal un Col­isée de sept mètres de haut ! ». Ida Gor­don (Un Vio­lon Sur Le Toit, Chance) alias la nour­rice ajoute : « Le met­teur en scène a égale­ment décidé d’in­clure ponctuelle­ment des sym­bol­es forts de la cul­ture asiatique. »

Jouer en Asie, une autre vie d’artiste !
« Quand on n’est pas sur scène, on est touriste ! Moi je fais du shop­ping, je vis­ite », explique Ida Gor­don. Les cou­tumes sont com­plète­ment dif­férentes de celles que nous con­nais­sons en Europe et Joy Ester en a fait les frais en se faisant arrêter dans la rue pour avoir fait la bise à ses col­lègues ! Cela ne l’empêche pas de vis­iter des tem­ples boud­dhistes et d’as­sis­ter à des cours de thé tra­di­tion­nel… Stéphane Metro, plus nos­tal­gique, reste entouré de l’équipe. « J’es­saye de prof­iter de cette tournée humaine­ment surtout, con­fie-t-il. Je passe beau­coup de mon temps libre avec les autres autour de bons repas locaux ou européens ! »
« Nous pas­sons beau­coup de temps sur scène, mais c’est surtout pen­dant notre temps libre que nous apprenons à con­naître les mem­bres d’une troupe, surtout quand elle est si nom­breuse, comme c’est le cas pour Roméo et Juli­ette. Cela nous per­met égale­ment de décou­vrir la cul­ture du pays qui nous accueille », racon­te Ida Gordon.

Les Coréens, fans de comédie musicale ?
« La comédie musi­cale française est très appré­ciée en Asie, con­firme Joy Esther, surtout après la venue de Notre Dame de Paris, les Dix Com­man­de­ments ou encore Don Juan. Les Coréens, mais égale­ment les Taïwanais, les Chi­nois, les Japon­ais, et les Thaï­landais en sont très friands. »
« Les Coréens adorent chanter, ajoute Ida Gor­don, il y a beau­coup d’émis­sions de télé ou de radio où le pub­lic lamb­da vient chanter » explique-t-elle.

Et le pub­lic est au rendez-vous
Les salles sont rem­plies, pour le plus grand bon­heur de nos artistes expa­triés. « Le pub­lic est très récep­tif, les salles sont combles, que deman­der de mieux ? » con­fie Damien Sargue.
« Le pub­lic est au ren­dez-vous. Il est même aux ren­dez-vous… C’est quand le pub­lic vient voir et revoir un spec­ta­cle que l’on peut dire à coup sûr ‘Ils ont aimé’! « , con­clut Ida Gordon.