Romain Cortese — Un renard apprivoisé

0
200
Romain Cortese ©DR
Romain Cortese ©DR

Der­rière le masque du Renard qui joue chaque soir sur la scène du Casi­no de Paris se trou­ve un jeune artiste souri­ant, Romain Cortese, 17 ans, pas­sion­né de musique depuis sa plus ten­dre enfance. « J’ai tou­jours baigné dans un univers musi­cal, explique-t-il, mon père et ses amis sont musi­ciens, j’ai donc naturelle­ment com­mencé à chanter vers 9 ans. Mais c’est à 12 ans que j’ai voulu en faire mon méti­er. J’avais par­ticipé à des petites télés et cet univers m’a plu, j’ai voulu con­tin­uer. » C’est d’ailleurs sur un plateau qu’il pose les pre­miers jalons de sa car­rière. « L’aven­ture du Petit Prince a com­mencé l’an­née dernière. J’ai par­ticipé à une émis­sion télé et j’y ai ren­con­tré celui qui allait devenir mon agent. Il m’a mis en con­tact avec Richard Coc­ciante pour une audi­tion et tout est allé très vite. »

Il com­mence donc cette aven­ture par l’en­reg­istrement de l’al­bum. « Je ne me suis pas ren­du compte tout de suite de l’am­pleur du pro­jet. J’habitais Mon­téli­mar à l’époque, et je mon­tais quelques jours à Paris de temps en temps pour les besoins de la pro­duc­tion. C’est seule­ment quand les répéti­tions ont com­mencé que j’ai réal­isé l’im­por­tance du spec­ta­cle. »

Comme Jeff, le Petit Prince, Romain abor­de la comédie pour la pre­mière fois, non sans appréhen­sions. « Je n’avais jamais joué avant et quand au pre­mier jour des répéti­tions, Jean-Louis Mar­tino­ty, le met­teur en scène, m’a dit ?Mets-toi à qua­tre pattes pour jouer le renard !’, je me suis retrou­vé un peu con ! Mais j’adore la comédie, et Jean-Louis a su très bien nous diriger. Lorsqu’on n’ar­rive pas à faire quelque chose, il nous racon­te une anec­dote qui nous fait com­pren­dre ce qu’on cherche. Il est un peu comme un grand-père philosophe ! Cette expéri­ence de comédie m’a aus­si don­né envie d’aller voir des pièces, d’aller à l’Opéra… Ca m’a ouvert beau­coup de portes. »

Le Petit Prince lui per­met aus­si de con­cré­tis­er un rêve : jouer dans une comédie musi­cale « Au départ, je suis dingue de comédies musi­cales et surtout de Notre Dame de Paris. Je me pro­dui­sais sou­vent en gala et les chan­sons de Notre Dame con­sti­tu­aient plus de la moitié de mon réper­toire ! Mais mal­heureuse­ment, je n’ai encore jamais eu l’oc­ca­sion de le voir sur scène !  »
Chaque chose en son temps… tout comme pour sa car­rière pour laque­lle il n’a pas encore bâti de plan. « Pour le moment, je suis entière­ment con­cen­tré sur Le Petit Prince, après, pourquoi pas une car­rière en solo, mais pour l’in­stant, j’ap­prends énor­mé­ment sur ce spec­ta­cle et surtout, je prends énor­mé­ment de plaisir.  »