Robin des Bois, le spectacle musical (Critique)

0
433

robin-bois-pokoraMise en scène : Michel Laprise
Livret : Patrice Guirao & Lionel Florence
Con­sul­tant Artis­tique : Brahim Zaibat
Choré­gra­phie : Hakim Ghorab & Yaman
Cos­tumes : Stéphane Rol­land & Jean Daniel Vuillermoz
Direc­tion musi­cale : Frédéric Chateau & Antoine Angelelli

Avec M.Pokora (Robin des Bois), Stéphanie Bédard (Mar­i­anne), Sacha Tran (Adrien), Marc Antoine (Petit Jean), Nyco Lil­liu (Frère Tuck), Dume (Vaizey) et Car­o­line Cos­ta (Bédélia).

Résumé : Héros au grand cœur, tou­jours en quête de jus­tice, Robin des Bois nous fera vivre entouré de ses fidèles com­pagnons la plus belle légende de l’histoire d’Angleterre.

Notre avis : Depuis ces dernières années, les grandes pro­duc­tions qui se mon­tent au Palais des Sports ou au Palais des Con­grès pren­nent bien soin de se définir par l’ap­pel­la­tion « spec­ta­cle musi­cal », et non pas « comédie musi­cale » et encore moins « théâtre musi­cal ». Car il est bien clair qu’il y est rarement ques­tion de comédie ou de théâtre, mais bel et bien de spec­ta­cle. Le cru de cette année 2013 est représen­té par Robin des Bois, pro­duit par Gilbert Coul­li­er (pro­duc­teur de John­ny Hal­ly­day, Michel Sar­dou, mais aus­si de Star­ma­nia ver­sion Lewis Furey et Il était une fois Joe Dassin), sous une direc­tion artis­tique de Rober­to Ciurleo, et une mise en scène de Michel Laprise (un des met­teurs en scène du Cirque du Soleil, et du dernier con­cert de Madon­na, le MDNA Tour). Autant le dire, on est dans du lourd, d’au­tant plus que tout le spec­ta­cle tourne autour d’une des vedettes les plus pop­u­laires du moment : M. Poko­ra, dans le rôle-titre du voleur, jus­tici­er au grand cœur. Ath­lé­tique, bien en voix, M. Poko­ra fait crier le pub­lic, fend les allées tel un messie (mais tou­jours accom­pa­g­né d’un garde du corps pour prévenir d’éventuels débor­de­ments de fans) et assure sans con­teste le show. Le pub­lic, jeune, voire très jeune (il sem­blerait que le thème ait incité les par­ents à emmen­er une progéni­ture dont la moyenne d’âge est bien plus basse que pour les autres spec­ta­cles musi­caux), sem­ble appréci­er les prouess­es et le charme sym­pa­thique du chanteur.
Si l’on part du principe que Robin des Bois est un con­cert thé­ma­tique, de ce point de vue là, le con­trat est plutôt rem­pli. Effets de lumières, choré­gra­phies acro­ba­tiques, pro­jec­tions en tout genre, suc­ces­sion de chan­sons pop : on est en effet dans un grand con­cert, des­tiné à un pub­lic famil­ial. Mais le fil con­duc­teur est par­ti­c­ulière­ment ténu et les paroles des chan­sons ne con­tribuent pas à racon­ter une his­toire spé­ci­fique mais restent plus sou­vent dans une évo­ca­tion générique d’un sen­ti­ment ou d’une sit­u­a­tion. On ne sur­pren­dra donc per­son­ne si l’on écrit de façon euphémique que les ama­teurs de théâtre musi­cal et de dra­maturgie solide ris­queront de ne pas se retrou­ver dans cette pro­duc­tion. En revanche, les fans de M. Poko­ra (et ils sont vis­i­ble­ment nom­breux, au vu du suc­cès com­mer­cial annon­cé du spec­ta­cle) se réjouiront de voir leur idole faire son show.