Rencontre avec Robert Lopez, co-auteur et co-compositeur de « The Book of Mormon » et « Avenue Q »

0
239

Robert Lopez ©DR

Robert Lopez, The Book of Mor­mon est un tri­om­phe, vous avez gag­né neuf Tony Awards. Com­ment vivez-vous ce suc­cès ? Vous attendiez-vous à un tel engouement ?
Le suc­cès est extrême­ment grat­i­fi­ant. Un musi­cal pour Broad­way représente des années de tra­vail, dans ce cas six ou sept ans. Evidem­ment, si je n’avais pas pen­sé que le pro­jet avait un poten­tiel, je n’y aurais pas con­sacré tout ce temps.  Au fur et à mesure que nous dévelop­pi­ons le livret, nous avons organ­isé plusieurs représen­ta­tions, devant un pub­lic d’in­vités, qui se sont toutes très bien passées. Nous ne pou­vions pas entr­er en phase de pro­duc­tion tant que nous n’é­tions pas com­plète­ment sûrs de nous. Pour­tant quand les répéti­tions démar­rent et qu’on com­mence à créer les décors, vous réalisez subite­ment que le pub­lic va bien­tôt pay­er pour voir le show, que le suc­cès n’est pas pro­gram­mé, et soudain vous com­mencez à vous inquiéter. Dans notre cas, j’ai craint que les aspects « blas­phé­ma­toires »  de notre musi­cal sor­tis de leur con­texte sus­ci­tent des réac­tions néga­tives.  Je n’ai jamais pen­sé que les mor­mons pro­test­eraient, mais dans ce pays il y a quelques chré­tiens fon­da­men­tal­istes très mil­i­tants, ce sont eux que je craig­nais. Mais finale­ment il ne s’est rien passé,  j’ai été ras­suré car dès les pre­mières représen­ta­tions, le pub­lic a bien com­pris que notre show n’é­tait pas blas­phé­ma­toire dans l’esprit.

Com­ment vous est venue l’idée d’écrire un musi­cal sur les mor­mons avec Matt Stone et Trey Parker ?
Je m’in­téresse aux mor­mons depuis longtemps, comme d’ailleurs à la reli­gion en général. Les mor­mons four­nissent une per­spec­tive unique sur la façon dont nait une reli­gion car Joseph Smith, leur prophète-fon­da­teur, vivait aux Etats-Unis dans les années 1800, c’est donc rel­a­tive­ment récent. Le fait que cette reli­gion soit basée sur des plaques d’or qu’il aurait trou­vées après avoir par­lé à Dieu sem­ble bizarre et stu­pide mais au fond, ce n’est pas plus far­felu que les croy­ances judéo-chré­ti­ennes qui parais­sent plus crédi­bles juste parce que leurs racines sont plus anciennes.
J’ai ren­con­tré Matt et Trey quand ils sont venus voir mon spec­ta­cle Avenue Q. Nous avons pris un verre ensem­ble. Ils m’ont demandé ce que je voulais faire ensuite. Je leur ai dit que j’é­tais intéressé d’écrire sur le mor­monisme. Ils ne pou­vaient pas y croire, parce qu’eux aus­si avaient cette idée en tête depuis longtemps ! Du coup, nous avons décidé de le faire ensemble.

Com­ment s’est passée votre col­lab­o­ra­tion ? Qui a fait quoi ?
Nous avons eu beau­coup de plaisir.  Nous nous retrou­vions pen­dant une semaine deux fois par an pour échang­er toutes nos idées. Il n’y a pas eu de divi­sion du tra­vail, tout le monde a tra­vail­lé sur tout : livret, paroles, musique. Nous avons util­isé le stu­dio dans la mai­son de Trey pour enreg­istr­er nos démos. On avait l’im­pres­sion de for­mer un groupe : j’é­tais surtout au piano, Matt à la bat­terie et Trey dans la cab­ine de chant. Bien sûr il y a eu aus­si des moments d’en­nui et de frus­tra­tion mais je me sou­viens surtout avoir beau­coup ri et les avoir fait beau­coup rire. Ce fut vrai­ment une col­lab­o­ra­tion joyeuse.

Vous avez déjà con­nu un grand suc­cès avec Avenue Q. Cette expéri­ence vous a‑t-elle aidé dans la créa­tion de The Book of Mor­mon ?
Dis­ons qu’elle m’a per­mis d’é­du­quer Matt et Trey sur le proces­sus d’élab­o­ra­tion d’une comédie musi­cale pour la scène, c’est une chose qu’ils ne con­nais­saient pas. Mais en réal­ité, avoir écrit un musi­cal qui a marché n’aide pas vrai­ment dans la créa­tion de son prochain spec­ta­cle. C’est extrême­ment dif­fi­cile d’écrire une comédie musi­cale, c’est dur à chaque fois et rien ne peut le ren­dre plus facile.

Ne vous êtes-vous pas dit par­fois que vous alliez peut-être un peu trop loin ? Je pense entre autres à la chan­son « Hasa Diga Eebowai » (Fuck You God), à la scène où le mis­sion­naire Elder Price se retrou­ve avec le Livre de Mor­mon dans le rectum…
Je n’au­rais pas tra­vail­lé avec Matt et Trey si je n’avais pas voulu créer ce genre d’hu­mour. Cela va peut-être vous sur­pren­dre mais c’est moi qui ai eu l’idée de la chan­son « Hasa Diga Eebowai » et du livre dans le derrière !

The Book of Mor­mon a été plutôt bien reçu par les mor­mons. Le spec­ta­cle ne va-t-il pas les ren­dre populaires ?
Je pense qu’ils étaient pop­u­laires avant nous et con­tin­ueront à l’être.

Quels sont vos moments préférés dans le spectacle ?
J’aime par­ti­c­ulière­ment la scène où Elder Price chante « I Believe » parce qu’elle fonc­tionne sur plusieurs niveaux. C’est hila­rant, mais ce ne serait pas drôle si le per­son­nage n’é­tait pas à cent pour cent sincère. Du coup le pub­lic est en empathie et en même temps se moque de lui. J’aime bien aus­si la recon­sti­tu­tion de l’his­toire de Joseph Smith et des mor­mons par les habi­tants du vil­lage africain. C’est com­plète­ment « blas­phé­ma­toire » mais ils le font avec sincérité, opti­misme et plein d’e­spoir car c’est à la ver­sion qu’ils racon­tent qu’ils veu­lent croire. On assiste en quelque sorte à la créa­tion de leur nou­velle reli­gion. C’est hila­rant, six min­utes de rires continus.

The Book of Mor­mon pour­rait ouvrir à Lon­dres en 2012. Con­firmez-vous cette information ?
Je ne sais pas. Je pense que c’est en cours de dis­cus­sion mais je n’ai pas de détail.

Envis­agez-vous une adap­ta­tion pour le cinéma ?
Ce n’est pas prévu pour le moment mais c’est quelque chose dont nous avons par­lé et que nous aime­ri­ons faire.

Savez-vous que Avenue Q sera créé en français à Paris l’an­née prochaine ?
Oui j’en ai enten­du par­ler. J’ador­erais venir le voir, toutes les excus­es sont bonnes pour venir à Paris !

Quels con­seils don­ner­iez-vous aux comé­di­ens qui vont jouer cette adap­ta­tion française ?
Essayez de ne pas jouer pour les rires,  jouez juste la vérité de votre per­son­nage et l’hu­mour en émerg­era naturelle­ment. Et surtout prenez du plaisir et amusez-vous !

Avez-vous déjà une idée de votre prochain musical ?
En même temps que The Book of Mor­mon, je tra­vail­lais sur un autre pro­jet. Il est presque prêt mais nous con­tin­uons à tra­vailler dessus. C’est une comédie roman­tique sur la con­science, j’e­spère que les gens l’apprécieront.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=IhY9x70O19w[/youtube]