Reprise au cinéma de A la recherche de Garbo

0
274

Excel­lente nou­velle que la reprise de ce film mécon­nu de Sid­ney Lumet : Gar­bo talks ou A la recherche de Gar­bo in french. Le réal­isa­teur de Ser­pi­co, Un après-midi de chien a réal­isé ce film en 1984. Con­sid­éré à tort comme un film mineur, il faut décou­vrir ou redé­cou­vrir ce très joli film. L’af­fiche orig­i­nale mon­tre Anne Ban­croft qui, aidé par son fils, tente de cap­tur­er une étoile avec un dérisoire filet à papil­lons. Image par­faite pour un film qui, s’il a vieil­li, ne l’est pas moins dans les valeurs et la grande ten­dresse qu’il véhicule.

L’in­trigue peut sem­bler plom­bée, détrompez-vous : ce film est un mir­a­cle d’équili­bre, d’un humour ten­dre qui le rend boulever­sant. Soit Gilbert, qui s’en­nuie sans le savoir dans son quo­ti­di­en à New York se retrou­ve investi d’une mis­sion « big­ger than life » : trou­ver Gre­ta Gar­bo et la con­va­in­cre de vis­iter sa mère Estelle (Anne Ban­croft dans un de ses plus beaux rôles) qui se meurt à l’hôpi­tal. Mais atten­tion, Estelle n’est pas du genre à gein­dre. Fémin­iste, énergie faite femme, ces derniers moments de vie seront le moment de renouer avec ce fils. Gilbert va donc tout faire pour ren­con­tr­er la Divine, ce qui le con­duira à ren­con­tr­er nom­bre de per­son­nages tru­cu­lents et ten­dres. Des appari­tions épatantes et très musi­cal friend­ly de Dorothy Loudon en agent dépassée, Hermione Gin­gold en amie de la Divine, Har­vey Fier­stein dans un de ses pre­miers rôles. Et à la musique, rien de moins que Cy Coleman.

Quant à la Divine, appa­rait-elle dans le film ? Fidèle à sa répu­ta­tion elle n’a pas accep­té l’of­fre de Syd­ney Lumet. C’est une grande dame du théâtre musi­cal de Broad­way et de Hol­ly­wood qui l’in­car­ne et qui par­le de cette aven­ture avec beau­coup de ten­dresse dans son auto­bi­ogra­phie « Off stage ». La reconnaîtrez-vous ?

Pour con­naître les horaires, cliquez ici.