Rencontre avec Marco Daverio

0
291
Marco Daverio © D.R
Mar­co Dav­e­rio © D.R

Après Fame et Hair, pourquoi avoir choisi Foot­loose ?
C’est la con­tin­u­a­tion, dans l’e­sprit et l’én­ergie, de Fame.
C’est une troupe de jeunes, avec des adultes et comme pour Fame, la pre­mière est en con­flit avec la sec­onde, plus que jamais d’actualité.
Dans Fame, ce con­flit est sym­bol­isé par les per­son­nages de Tyrone et Miss Sher­man et dans Foot­loose, ce sont les per­son­nages de Ren et du Révérend Moore.
De plus, nous avons choisi Foot­loose, car c’é­tait la meilleure comédie musi­cale que l’on pou­vait pro­duire après l’ex­péri­ence de Fame.
Présen­tée d’abord en Ital­ie, Fame a été la pre­mière comédie musi­cale de Loren­zo Vitali Enter­tain­ment en France et depuis, nous avons beau­coup tra­vail­lé. Nous avons con­sti­tué une équipe, décou­vert les nom­breux tal­ents des artistes français afin de pour­suiv­re le chemin com­mencé ici.

Pou­vez-vous nous présen­ter l’équipe ?
L’équipe artis­tique est pilotée par Guil­laume Ségouin et par Raphaël Kaney-Duverg­er, qui a tra­vail­lé pour nous comme choré­graphe sur Hair et sur Fame (dans la ver­sion du Comé­dia et celle du Tri­anon). Nous avons beau­coup con­fi­ance en lui et en son tal­ent. Foot­loose est une pièce où la danse tient un rôle essen­tiel. Il nous a sem­blé logique de con­fi­er la mise en scène à un choré­graphe. C’est un peu l’ex­em­ple de Jerome Rob­bins, à la fois met­teur en scène et choré­graphe des plus célèbres comédies musi­cales telles que West Side Sto­ry ou encore Un Vio­lon Sur Le Toit.
Raphaël s’est asso­cié avec Guil­laume Ségouin, un acteur qui a tra­vail­lé dans de nom­breuses pro­duc­tions théâ­trales et musicales.
Con­cer­nant le reste de l’équipe, la par­tie musi­cale est actuelle­ment en cours d’élab­o­ra­tion en Ital­ie ain­si que la con­cep­tion des décors. En revanche, les cos­tumes seront faits en France, sous le regard de Raphaël et moi je m’oc­cupe de la super­vi­sion générale du projet.

En quoi con­siste la fonc­tion de directeur artistique ?
Dans la comédie musi­cale, comme dans l’opéra d’ailleurs, la direc­tion artis­tique est un rôle bien spé­ci­fique. On fait le lien entre la pro­duc­tion et l’équipe artistique.
J’ai à la fois une cas­quette artis­tique et une cas­quette com­mer­ciale. Je dois gér­er un bud­get. Si le met­teur en scène vient à me deman­der un éléphant sur scène, je vais plutôt lui sug­gér­er un éléphant sym­bol­isé Made in Chi­na plutôt qu’un éléphant vivant !
C’est donc un rôle impor­tant et on doit porter un oeil vig­i­lant sur les déci­sions et le tra­vail de l’équipe artistique.

Quels sont les pro­jets de Loren­zo Vitali Entertainment ?
Nous pré­parons actuelle­ment la venue de la comédie musi­cale Hair­spray en France, qui sera présen­tée au Casi­no de Paris en avril 2011. Mais je ne peux vous en dire plus pour le moment car toute notre atten­tion et notre énergie est con­sacrée pour le moment à Foot­loose et au lance­ment de notre nou­veau met­teur en scène.