Rencontre avec le duo américain Carner & Gregor, de passage à Paris

0
229
Carner & Gregor (c) DR
Carn­er & Gre­gor © DR

Sam Carn­er et Derek Gre­gor, quelle est votre formation ?
Derek Gre­gor : J’ai vu mon pre­mier opéra de Mozart à huit ans et j’ai tout de suite su que je voulais écrire pour la scène. Puis, j’ai vu Les Mis­érables, et là, j’ai su que je voulais écrire des musi­cals. J’ai fait des études supérieures de musique et d’écri­t­ure de théâtre musi­cal à NYU Tis­ch’s School Of The Arts. Ce que je trou­ve intéres­sant dans notre col­lab­o­ra­tion avec Sam, c’est que je suis générale­ment attiré par la musique baroque, clas­sique et le rock con­tem­po­rain alors que Sam a tou­jours été attiré par l’opérette et la comédie musi­cale clas­sique. Alors, on com­plète l’un et l’autre ces écarts !

Sam Carn­er : J’ai écrit mon pre­mier spec­ta­cle à treize ans. C’é­tait une comédie musi­cale pour enfants à pro­pos d’un lapin qui est can­di­dat à la prési­dence des Etats-Unis. Le spec­ta­cle a rem­porté le con­cours des Jeunes Dra­maturges au  Children’s The­atre of Maine (où j’ai gran­di) et a été pro­duit. L’aspect « tra­vail d’équipe » dans le théâtre m’a immé­di­ate­ment séduit, de même que le fait de pou­voir diver­tir un pub­lic, et j’ai été hap­pé. A Yale, j’ai étudié la musique, l’écri­t­ure et le théâtre.

Com­ment vous êtes vous ren­con­trés et avez décidé de tra­vailler ensemble ?
Derek : J’ai instal­lé un piège à ours et j’ai attrapé Sam. J’e­spérais mieux mais en même temps, j’étais assez dés­espéré. A moins qu’on ne se soit ren­con­trés à la fac.

Sam : NYU a un pro­gramme d’écri­t­ure et ils nous ont mis ensem­ble pour écrire un spec­ta­cle de vingt min­utes. Après qua­tre semaines de tra­vail, on a trou­vé un for­mule sym­pa pour notre col­lab­o­ra­tion, un mélange de comédie et de grandes émo­tions. Nous aimions cette tex­ture var­iée et nous avons décidé d’écrire ensem­ble un spec­ta­cle long la deux­ième année. Il s’agis­sait de Unlock­’d qui s’est joué off-Broad­way l’été 2013.

Pou­vez-vous nous par­ler de Island Song ? com­ment définiriez-vous votre musical ?
Sam
: Island Song suit, pen­dant un an, la vie de New-Yorkais ayant la ving­taine et la trentaine et explore les con­nex­ions qui les amè­nent à se ren­con­tr­er à des moments clés de leurs vies. L’in­trigue cen­trale con­cerne la rela­tion entre Ted et Jor­dan que la ville réu­nit, avant de les amen­er vers d’autres choix.

Derek : Pour moi, Island Song est un musi­cal con­tem­po­rain pop-rock avec quelques élé­ments orig­in­aux, comme le rythme de la ville sym­bol­isé par des per­cus­sions de rue, comme des seaux de peinture.

Vous allez don­ner des mas­ter class­es à Paris. Quels con­seils don­ner­iez-vous aux participants ?
Sam : Je leur dirais : « J’aime les chanteurs qui sont comé­di­ens. Quand je regarde un per­former, je n’ai pas envie d’avoir l’impression de voir un numéro de rou­tine, j’ai envie d’être con­nec­té. Je veux vous voir impliqué sincère­ment avec votre texte, ce qui me per­me­t­tra de m’im­pli­quer égale­ment. Mon con­seil général : soyez cer­tain de bien com­pren­dre tout ce que vous dites / chantez et com­ment chaque moment se con­necte à l’arche — ou ce que j’appelle « l’ar­gu­ment » — de la chan­son ou de la scène. Ca vaut le coup de pren­dre le temps d’être très précis.

Quels sont vos prochains projets ?
Derek : Nous écrivons Toast, un musi­cal élec­tro-pop qui se passe dans le milieu des clubs under­ground de New Orleans  post-Kat­ri­na. Nous allons comem­ncer un work­shop du spec­ta­cle en mai. Nous tra­vail­lons sur un musi­cal avec la met­teure en scène Susan Stro­man (The Pro­duc­ers, Scotts­boro Boys, etc) qui aura un work­shop en avril. Nous avons com­mencé l’adap­ta­tion musi­cale d’un show de Dis­ney. et nous con­tin­uons à écrire des chan­sons indi­vidu­elles pour des web séries, entre autres, ce qui est fun. Nous ren­trons juste d’un séjour à Lon­dres où nous avons don­né des mas­ter class­es et établi des con­tacts pour des pro­duc­tions potentielles.

Soirée Song­writ­ers’ Salon au Car­ré Parisien le 4 mars à 19h30 au Car­ré Parisien, 1 rue du Général Beuret (Paris 15).
Island Song les 6 et 8 mars à la Comédie Nation
Le site de Carn­er & Gregor