Rencontre avec Jean Lacornerie à la création de Bells Are Ringing en France

0
241
Jean Lacornerie
Jean Lacorner­ie © Dan Renier / Regard en Coulisse

Quelles sont vos impres­sions à l’is­sue des pre­mières représen­ta­tions de Bells Are Ring­ing ?
L’ac­cueil est bon et je suis donc plutôt ras­suré. L’his­toire par­le aux gens et sem­ble bien fonc­tion­ner en jouant notam­ment sur la sur­prise. Les spec­ta­teurs sont par­fois un peu déroutés par l’aspect très théâ­tral du début du spec­ta­cle, car ils s’at­ten­dent à enten­dre plus rapi­de­ment des chan­sons, mais c’est lié à la con­struc­tion de l’oeu­vre que je n’ai pas modifiée.

Vous tra­vaillez à nou­veau avec les Per­cus­sions Claviers de Lyon sur l’adap­ta­tion d’un clas­sique de Broad­way. Com­ment vos univers se sont-ils rencontrés ?
Dès l’o­rig­ine, la comédie musi­cale a joué un rôle dans le par­cours des Per­cus­sions Claviers de Lyon. Gérard Lecointe, qui allait devenir le directeur musi­cal de cette troupe, avait en effet présen­té à Léonard Bern­stein une tran­scrip­tion de son œuvre West Side Sto­ry. Nous nous sommes ren­con­trés en tra­vail­lant ensem­ble sur Les Fol­lies d’Of­fen­bach en 2007. Au cours de la sai­son 2011–2012, nous nous sommes retrou­vés avec Les Per­cus­sions Claviers de Lyon pour mon­ter juste­ment une ver­sion con­cert de West Side Sto­ry mais nous nous sommes dits que nous devions égale­ment mon­ter ensem­ble un spec­ta­cle sous le for­mat d’une comédie musi­cale à part entière. J’ai pen­sé à Bells Are Ring­ing avec ses belles mélodies qui me sem­blaient se prêter à ce type d’orches­tra­tions et de transcriptions.

Com­ment avez-vous tra­vail­lé cette adap­ta­tion d’un spec­ta­cle de Broad­way ? Avez-vous ren­con­tré des dif­fi­cultés particulières ?

Nous dis­posons d’une cer­taine lib­erté vis-à-vis des ayants droits et les dif­fi­cultés ne se situent donc pas à ce niveau-là. En réal­ité, il faut surtout veiller à ren­dre com­préhen­si­ble par tous cer­tains aspects de l’his­toire qui sont spé­ci­fiques à New York. Il faut égale­ment adapter l’oeu­vre à l’ef­fec­tif dont nous dis­posons. A l’époque de Bells Are Ring­ing, dans les années 1950, les oeu­vres étaient écrites pour de grands orchestres alors qu’au­jour­d’hui nous dis­posons d’ef­fec­tifs plus réduits.

Avez-vous une approche par­ti­c­ulière en créant pour la pre­mière fois en France un spec­ta­cle comme Bells Are Ring­ing ?
Ce n’est effec­tive­ment pas un spec­ta­cle comme un autre pour moi. Cela représente une moti­va­tion et un enjeu par­ti­c­uliers pour moi de faire décou­vrir cer­taines oeu­vres au pub­lic. J’estime notam­ment que Jule Styne est un com­pos­i­teur qui mérit­erait d’être mieux con­nu car il a écrit d’autres mer­veilles que Bells Are Ring­ing, comme Gyp­sy. Il y a telle­ment de beaux spec­ta­cles à faire décou­vrir ! Le choix est sou­vent com­pliqué à faire en fonc­tion notam­ment des moyens dont on peut dis­pos­er, des artistes disponibles, de nos pro­pres goûts… C’est juste­ment parce que je con­sid­ère que Bells Are Ring­ing est par­ti­c­ulière­ment bien écrit et demeure mod­erne que j’ai souhaité le mon­ter en France.

Bells Are Ringing - Saluts
Bells Are Ring­ing — Saluts © Dan Renier / Regard en Coulisse

Vous adaptez régulière­ment des comédies musi­cales anglo-sax­onnes. Con­statez-vous une évo­lu­tion du regard du pub­lic français sur ce type de spec­ta­cles ces dernières années ?
Oui, il y a moins d’a pri­ori sur le genre. Le pub­lic est effec­tive­ment beau­coup plus curieux et plus ouvert qu’il y a quelques années.

Vous organ­isez à l’oc­ca­sion de cer­taines représen­ta­tions à la Croix-Rousse des ren­con­tres en bord de scène entre les troupes et le pub­lic. Com­ment vivez-vous, en tant que directeur de théâtre et met­teur en scène, ces échanges ?
Ces ren­con­tres en bord de scène sont très vari­ables en fonc­tion des spec­ta­cles, selon que leur sujet se prête directe­ment à un débat ou non. Lorsque c’est le cas, cela per­met de lancer plus rapi­de­ment l’échange. Le pub­lic sem­ble pren­dre un réel plaisir à voir l’équipe d’un spec­ta­cle après les représentations.

Quelles seront les suites don­nées à ces représen­ta­tions lyon­nais­es de Bells Are Ring­ing ?

Bells Are Ring­ing par­ti­ra en tournée. Elle débutera à l’opéra de Rouen en décem­bre 2013 et s’achèvera en région parisi­enne (les Ulis) en mars 2014.