Regard en Coulisse : le making of — 1er mars 1999 — 1er mars 2001: 2 ans déjà !

0
257

Sébastien Durand, vous êtes le rédac­teur en chef de Regard en Coulisse. Com­ment est né le e‑magazine du théâtre musical ? 
Il y a encore trois-qua­tre ans, quand on dis­ait qu’on aimait la comédie musi­cale, on pas­sait pour un abom­inable ringard ! C’é­tait une de ces légen­des urbaines qui font force de loi à force d’avoir été répétées dans les dîn­ers en ville. Or, depuis 20 ans, les exem­ples de suc­cès — certes rien de com­pa­ra­ble avec le West End ou Broad­way — n’ont en réal­ité pas man­qué. Mais on a préféré médi­a­tis­er les échecs reten­tis­sants. Et lorsque la défer­lante Notre Dame de Paris est arrivée, on a fait mine de s’en éton­ner. En tout cas, avec quelques amis, nous étions con­va­in­cus que le théâtre musi­cal avait un bel avenir… et nous étions pour la plu­part fanas de nou­velles tech­nolo­gies. L’idée de lancer un e‑magazine s’est donc imposée d’elle-même très vite avec ce petit groupe, le noy­au dur de Regard en Coulisse. Nous avons vite été rejoints par d’autres enthousiastes.

Quelles ont été les grandes étapes du développe­ment de Regard en Coulisse ? 
Le pre­mier mois, nous avons eu 1 000 lecteurs, ce qui nous sem­blait déjà un exploit ! Aujour­d’hui, deux ans plus tard, nous sommes lus chaque mois par plus de 200 000 inter­nautes. Cette pro­gres­sion s’est faite de manière plutôt régulière parce que nous avons décidé dès le début que nous ne seri­ons jamais seule­ment le e‑magazine des gross­es pro­duc­tions. Mais nous n’avons pas voulu non plus nous enfer­mer dans un ghet­to en refu­sant tout ce qui ren­con­tre le suc­cès à l’heure actuelle. C’est ce panachage, finale­ment heureux, entre grands musi­cals pop­u­laires et spec­ta­cles plus alter­nat­ifs, qui a fait notre répu­ta­tion. Nous avons ain­si cou­vert quelque 500 spec­ta­cles depuis notre lance­ment. Au delà du grand pub­lic qui s’ini­tie au théâtre musi­cal par ce biais, nous sommes égale­ment très fiers d’être lus par de nom­breux pro­fes­sion­nels et d’être devenus en quelque sorte une référence dans le méti­er. Nous avons choisi dès nos débuts de ne pas inter­view­er que des « stars » mais de présen­ter aus­si des jeunes, des tal­ents à suiv­re. Et nous avons eu la main plutôt heureuse puisqu’un cer­tain nom­bre d’en­tre eux ont véri­ta­ble­ment « explosé » depuis lors. Peut-être un pre­mier arti­cle dans Regard en Coulisse leur aura-t-il en quelque sorte porté chance…

Com­ment fonc­tionne Regard en Coulisse ? 
Comme vous l’avez sans doute remar­qué, il n’y a pas de pub­lic­ité dans ce mag­a­zine et nous ne faisons pas de e‑commerce. C’est notre choix et cela con­stitue notre meilleure garantie d’indépen­dance. Mais cette indépen­dance a un prix: nous sommes bénév­oles. Nous avons tous une autre occu­pa­tion dans le monde « réel ». Nous faisons une con­férence de rédac­tion men­su­elle au cours de laque­lle nous fixons les sujets du prochain numéro. Chaque mem­bre de la Rédac­tion con­sacre entre quelques heures et quelques jours par mois à Regard en Coulisse. Nous allons voir les spec­ta­cles, les chroniquons, ren­con­trons les artistes… et puis nous ren­trons chez nous écrire les arti­cles, faire la mise en page, bref, tout ce qu’im­plique la vie d’un site de con­tenu. Il y a une mise en ligne impor­tante par mois pour les arti­cles de fond, les inter­views etc. En revanche, les cri­tiques de spec­ta­cles et les brèves, dont Con­fi­den­tiel, sont mis­es à jour en con­tinu, au jour le jour.

A pro­pos de Con­fi­den­tiel, vous savez que l’i­den­tité de Franck Mills intrigue beau­coup de gens ? Est-ce un pseu­do et de qui s’agit-il ? 
Ah ah, il est sans doute le mem­bre le plus con­nu de notre rédac­tion (rires) ! Il s’ag­it bien évidem­ment d’un pseu­do emprun­té à l’un des per­son­nages de Hair : Frank — sans le « c » — Mills. Même au sein de la Rédac­tion, peu de per­son­nes l’ont ren­con­tré. Je ne pense pas que son iden­tité soit si mys­térieuse que cela mais cela l’a­muse telle­ment de con­tin­uer à s’a­vancer masqué… Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’il a tou­jours un détail ves­ti­men­taire jaune. Ah, mais main­tenant que je vous l’ai dit, cela ne m’é­ton­nerait pas qu’il change de couleur !

Qui com­pose la rédac­tion de Regard en Coulisse ? 
Dans les céré­monies comme les Molières ou les Césars, je trou­ve tou­jours les remer­ciements trop longs. Per­me­t­tez-moi pour­tant de céder à mon tour à ce pen­chant: les lecteurs que cela indis­pose peu­vent pass­er tout de suite à la ques­tion suiv­ante ! Pour les autres, un clic sur la page Rédac­tion leur per­me­t­tra de savoir exacte­ment qui fait quoi. Mais, que leur nom appa­raisse en haut d’une page ou qu’ils tra­vail­lent moins en lumière sur la par­tie plus tech­nique du mag­a­zine, cha­cun des col­lab­o­ra­teurs de Regard en Coulisse mérite un vrai coup de cha­peau. Nous sommes déjà une bonne douzaine mais nous accepterons encore avec plaisir d’autres postulants.

Juste­ment, com­ment rejoin­dre Regard en Coulisse ? 
Je crois que notre web­mas­ter accepterait avec joie un peu d’aide tech­nique. Il y a égale­ment les rubriques Spec­ta­cles à l’af­fiche et Idées shop­ping sur lesquelles nous aime­ri­ons être encore plus exhaus­tifs si nous étions plus nom­breux. Nous tra­vail­lons en ce moment à la refonte com­plète du mag­a­zine. Vous avez pu en juger avec la nou­velle une ce mois-ci mais il reste des cen­taines de pages à met­tre aux nou­velles normes.
Par ailleurs, nous avons égale­ment besoin d’aide pour nos rela­tions presse et pour les pro­mo­tions : offrir chaque mois des invi­ta­tions pour des spec­ta­cles ou de nom­breux pro­duits est une fonc­tion que nos lecteurs appré­cient par­ti­c­ulière­ment mais qui est assez chronophage .
Enfin, per­son­nelle­ment, à un peu plus long terme, le tra­vail sur le mag­a­zine est tel que j’ap­précierais un peu d’aide sur la rédac­tion en chef…
Pour nous rejoin­dre, il est impératif de pos­séder une pre­mière expéri­ence de rédac­tion ou d’ad­min­is­tra­tion d’un site web. Parce que les choses avan­cent mieux quand on se voit régulière­ment et que nous cou­vrons pour le moment prin­ci­pale­ment l’ac­tu­al­ité de la cap­i­tale, il faut égale­ment être à Paris ou à prox­im­ité. Quand nous nous éten­drons à la province, nous aurons besoin de cor­re­spon­dants locaux mais c’est encore un peu trop tôt.

Une dernière remarque ? 
Regard en Coulisse est une aven­ture fab­uleuse pour nous tous. Nous avons besoin que nos lecteurs con­tin­u­ent à venir, à revenir et à nous recom­man­der autour d’eux. Et bien sûr, qu’il y ait encore longtemps de bons spec­ta­cles à cou­vrir. C’est le cas actuelle­ment, il y a beau­coup de choses qui arrivent prochaine­ment, il y a donc toutes les raisons d’e­spér­er que Regard en Coulisse soit là pour longtemps !