Pinocchio (Critique)

0
301

pinocchioDe : Marie Jo Zarb.
Avec : Vanes­sa Cail­hol, Pablo Vil­lafran­ca, Nuno Resende, Sophie Del­mas & Pierre Babolat.

Spec­ta­cle pour les enfants à par­tir de 5 ans. Durée : 1h30 avec entracte.

Qui n’a pas été touché par l’histoire de Pinoc­chio et la dif­fi­culté de se con­stru­ire, d’accepter sa dif­férence et de faire des choix pour se forg­er sa pro­pre per­son­nal­ité et être enfin libre ?

Ce spec­ta­cle musi­cal et famil­ial est un mélange inat­ten­du de chan­sons et de comédie, de rire et d’émotions ; le réc­it d’un con­te revis­ité qui émer­veillera les enfants et réveillera celui enfoui en cha­cun de nous.

Notre avis :  Un héros tru­cu­lent et pétri de con­tra­dic­tions. Des artistes aguer­ris issus des plus grandes comédies musi­cales. Un retour vers le réc­it orig­inel sou­vent oublié. Les argu­ments ne man­quaient pas pour sus­citer l’envie de s’enthousiasmer sur ce nou­veau Pinoc­chio. Et pour­tant, on reste un peu sur sa faim. Le spec­ta­cle manque quelque peu de rythme et peine à tran­scen­der l’histoire du pan­tin le plus célèbre de la lit­téra­ture. La faib­lesse du livret est sans aucun doute en cause : mal­gré quelques bal­lets de groupe intéres­sants, les scènes dia­loguées ou d’ac­tion sont trop peu nom­breuses par rap­port aux chansons.
Il existe cepen­dant des atouts nota­bles. La véri­ta­ble trou­vaille est scéno­graphique : il s’agit d’un décor vidéo mou­vant qui crée, à chaque épisode, une véri­ta­ble ambiance. Et il y a les artistes. Sophie Del­mas est une fée mali­cieuse. Vanes­sa Cail­hol un Pinoc­chio con­va­in­cant. A l’applaudimètre, celui qui rem­porte les faveurs est Nuno Resende. Même si son per­son­nage de bonne con­science est peu com­pris par les enfants, ses appari­tions sont toutes acclamées. Enfin, soyons hon­nêtes, si les adultes peu­vent avoir du mal à entr­er dans l’histoire, les enfants sont plutôt sat­is­faits et ne boudent pas leur plaisir lorsqu’on leur demande de par­ticiper. Et comme la vérité sort de la bouche des enfants, on leur lais­sera le dernier mot !