Piano Rigoletto (Critique)

0
261

Texte : Alain Bernard, Jean-Claude Islert & Pas­cal Légitimus.
Mise en scène : Pas­cal Légitimus.
Avec : Alain Bernard.

Avec sa leçon de musique loufoque et ludique, son piano et son Casio, Alain Bernard, nous fait revivre l’histoire de la musique et la réal­ité quo­ti­di­enne des musi­ciens, de la préhis­toire à la chan­son d’aujourd’hui, en pas­sant par le Moyen Âge, les péri­odes clas­siques et roman­tiques… De Beethoven à Bob Mar­ley, de Chopin à la chan­son réal­iste, du blues aux musiques de films…

Notre avis : Dans la char­mante salle du théâtre des déchargeurs Alain Bernard pro­pose un cours de piano icon­o­claste et fort amu­sant. Le pub­lic s’amuse de ses pitreries, des jeux de mots plus ou moins vaseux, séduit par la bon­hom­mie du musi­cien, de sa décon­trac­tion. Il n’a peur de rien et fait partager une décou­verte de l’histoire de la musique, qui pour­rait par­fois être plus fouil­lée (l’artiste con­naît son affaire, par con­séquent nous avons ten­dance à en rede­man­der) à tra­vers dif­férents instru­ments à com­mencer par le piano. Suivi de prêt par le clavier « casio 350 » dont tous les secrets les plus intimes sont dévoilés, au tra­vers de thé­ma­tiques comme le bal dansant ou le bon usage de la musique de film. Enfin Alain Bernard nous rap­pelle que son père fut com­pos­i­teur, notam­ment pour Bourvil et le spec­ta­cle se clôt par une inter­pré­ta­tion partagée de La valise, une chan­son boulever­sante. Cet apport de ten­dresse et de belle émo­tion clôt en beauté une représen­ta­tion basée avant tout sur l’humour. Sim­ple, léger, à découvrir.