Paradisco

0
270

Au terme de leur pre­mière nuit ensem­ble, deux hommes prof­i­tent du petit matin pour se con­fi­er. L’un a à peine vingt ans. L’autre, quadragé­naire, aimerait tant retrou­ver l’in­sou­ciance de sa jeunesse. Le temps d’un flash-back, les voici donc rep­longés à l’aube des années 80, à une époque faite d’in­no­cence, d’ami­tié, de Tang et de disco !
Au-delà de la musique entraî­nante, des pattes d’éph’ et autre boule à facettes, on voit se pro­fil­er, sous le voile de la fête, un hymne à l’ami­tié per­due, avant que les trag­iques années SIDA ne fassent leur appari­tion. Cepen­dant, Par­adis­co reste pro­fondé­ment opti­miste puisque la nos­tal­gie peut faire place à un amour naissant.

Il est rare que le cir­cuit d’un court-métrage passe par la case DVD. Au vu de l’édi­tion de Par­adis­co, c’est fort dom­mage. Out­re la (re)découverte des deux opus de Stéphane Ly-Cuong, le DVD pro­pose, grâce à des bonus remar­quables, de pro­longer le plaisir en péné­trant de l’autre côté du miroir.
Reportages, inter­views, pho­tos, leçon inter­ac­tive, karaoké… l’édi­tion four­mille d’idées qui per­me­t­tent, sous des angles dif­férents, de décou­vrir les couliss­es du tour­nage. Etape après étape, on assiste aux divers­es phas­es de pré­pa­ra­tion du film : Stéphane Ly-Cuong et Patrick Laviosa témoignent de leur tra­vail, des dif­fi­cultés ren­con­trées, des choix à faire. Plusieurs artistes con­fient, eux aus­si, anec­dotes et points de vue.

Tout, vous saurez tout sur les secrets de fab­ri­ca­tion et par­tirez à la ren­con­tre de cette dis­tri­b­u­tion excep­tion­nelle qui réu­nit une trentaine d’artistes issus des plus grandes comédies musi­cales actuelles.
Tout comme le film lui-même, les bonus sont traités avec intel­li­gence, humour et énergie. Loin de con­stituer une expli­ca­tion académique et laborieuse, ils con­stituent davan­tage une invi­ta­tion à partager une aven­ture. Ce sen­ti­ment est d’ailleurs ren­for­cé par les aspects inter­ac­t­ifs, que per­met le sup­port DVD. Ain­si, par­al­lèle­ment aux reportages plus tra­di­tion­nels, on notera une leçon déli­rante de « danse par­adis­co » ou un karaoké, qui per­me­t­tront aux plus pas­sion­nés de se tré­mouss­er en rythme devant leur écran.
Tou­jours est-il que, après vision­nage du DVD, on ne peut s’empêcher de penser, à l’in­star des choré­graphes, qu’  »on attend le long [métrage] » avec impatience !