Critique : Nino Ferrer fait chanter Anne Cadilhac

0
414

Affiche de <i>Nino fait chanter Anne Cadilhac</i>Les spec­ta­cles juke­box ont décidé­ment la cote ! Anne Cadil­hac s’at­taque ici au réper­toire de Nino Fer­rer dont les archi-con­nus « Mirza », « La mai­son près de la fontaine », « Le télé­fon » et, bien enten­du, « Le sud ». Dans ce spec­ta­cle, l’in­ter­pré­ta­tion compte plus que le respect des orig­in­aux. Bien au con­traire, Anne Cadil­hac prend le par­ti de malmen­er les rythmes et par­fois les textes pour en faire un diver­tisse­ment très per­son­nel. Son énergie, ses mim­iques et ses accents déga­gent un per­son­nage plein d’é­mo­tion, accen­tuée par l’ex­iguïté des lieux. On peut certes regret­ter des enchaîne­ments pas tou­jours limpi­des mais la vir­tu­osité de l’artiste au piano comble large­ment cette lacune. Au final, on prend un réel plaisir à décou­vrir ou redé­cou­vrir les chan­sons de Nino Fer­rer dans une atmo­sphère inhab­ituelle, alter­nant clown Auguste et clown triste.