Avignon 2012 : Nino et ses Copo’s (Critique)

0
268

Spec­ta­cle musi­cal fes­tif avec : Nino (alias Fab­rice Feltzinger) et ses Copo’s : Marie Simon, Philippe Lecat, Hélios Mar­tinez & Freedy Bournane.

Notre avis (écrit en octo­bre 2009) :

Vous en avez assez de la gri­saille ? Vous voulez du rythme, du soleil et du rire ? Vous souhaitez voy­ager sur une planète où les habi­tants sont tous plus bar­rés les uns que les autres ? Alors vous ne serez pas déçus !

Ce con­cert-spec­ta­cle est com­plète­ment déjan­té. Le pre­mier musi­cien à débar­quer sur scène est l’oncle Fes­ter de la famille Adams, ver­sion bag­nard ! Le décor est plan­té ! S’en suit une galerie de per­son­nages haut en couleurs et avec de sacrés caractères…

Les chan­sons sont drôles et les textes très recher­chés : men­tion spé­ciale pour la chan­son « Ma copine » qui livre un texte tout sim­ple­ment irréel, il fal­lait oser. Et Fab­rice Feltzinger, le fameux Nino, ose. Et c’est pour notre plus grand plaisir. Il entend « il y a trop d’aromates dans mes tomates » au restau­rant ? Il en fait un rock’n’roll hila­rant pen­dant lequel le vio­loniste pète lit­térale­ment un câble. Vous appren­drez aus­si qu’il faut se méfi­er des femmes qui pré­par­ent des piz­zas le soir alors qu’on peut se faire livrer !

Il y a des grands moments dans ce show ! Le sketch sur une fille qui marche sur le sable, ici inter­prétée par une Marie Simon au som­met du délire, et qui tue un bébé crabe en marchant dessus est vrai­ment à voir. Deux heures après, on en rit encore.

Der­rière la folie des per­son­nages se cachent de sacrés musi­ciens. Ils taquinent les notes avec une réelle virtuosité.

D’ailleurs, le pub­lic vient en nom­bre. Le bouche à oreille fonc­tionne à mer­veille et les spec­ta­teurs ressor­tent du théâtre avec la pêche et la banane. Et pour rester dans la couleur du spec­ta­cle, on nous dit sou­vent que manger des fruits c’est bon pour la san­té ! Ce spec­ta­cle devrait être rem­boursé par la sécu.