Nine — De 8 et 1/2 à Nine

0
227
Affiche de Nine à Paris ©DR
Affiche de Nine à Paris ©DR

Musi­cal de Mau­ry Yeston (musique et lyrics) et Arthur Kopit (livret), tiré d’une adap­ta­tion de Mario Frat­ti du film ital­ien 8 ½ (1962) de Fred­eri­co Fellini.

Créa­tion
A Broad­way le 9 mai 1982 au 46th Street The­atre (732 représentations)

A Lon­dres le 6 décem­bre 1996 au Don­mar Ware­house (engage­ment limité)

Prin­ci­pales chansons 
Over­ture, Spa music, Not since Chap­lin, Guido’s song, My hus­band makes movies, A call from the Vat­i­can, Only with you, Folies Bergère, Nine, Be Ital­ian, The bells of St. Sebas­t­ian, Unusu­al way, The grand canal, Sim­ple, Be on your own, I can’t make this movie, Waltz from Nine, Get­ting tall.

Syn­op­sis
Con­fron­té à des engage­ments per­son­nels et artis­tiques qui le dépassent, le réal­isa­teur de ciné­ma Gui­do Con­ti­ni entre dans une crise pro­fonde. Les nom­breuses femmes qui peu­plent son entourage lui font part séparé­ment de leur insat­is­fac­tion : sa femme, sa maîtresse, la pro­duc­trice, son actrice préférée. Durant l’élab­o­ra­tion d’un nou­veau film, ses sou­venirs remon­tent : son ini­ti­a­tion sex­uelle à l’ado­les­cence, sa mère dis­parue, l’I­tal­ie. Il se débat dans ses men­songes et sa lâcheté. Aban­don­né de tous et anéan­ti, il retrou­ve dans les sou­venirs de son enfance l’én­ergie pour con­stru­ire le véri­ta­ble adulte qu’il a tou­jours refusé d’être .

Le thème
La crise que tra­verse le pro­tag­o­niste de Nine ressem­ble à la « mid-life cri­sis » qu’on appelle aus­si la crise de la quar­an­taine de ce coté de l’At­lan­tique. Gui­do Con­ti­ni a tout de l’homme comblé par une vie bien rem­plie. Mais à force de ne jamais choisir et d’as­sumer, il finit par tout per­dre. Grâce à sa struc­ture à plusieurs niveaux, entre la réal­ité, le rêve et le sou­venir, Nine parvient à nous faire entr­er dans l’e­sprit aus­si bouil­lant que désor­don­né du pro­tag­o­niste. Ce dernier finit par trébuch­er sur sa pro­pre irre­spon­s­abil­ité qu’il a nour­ri de ses men­songes. Il apprend la con­duite de la matu­rité, c’est à dire le courage et la sincérité du véri­ta­ble adulte.

L’his­toire der­rière l’histoire 
Si l’his­toire vous rap­pelle un film de Felli­ni, c’est tout à fait nor­mal. En effet, Nine est l’adap­ta­tion de 8 ½ du célèbre réal­isa­teur ital­ien avec Mar­cel­lo Mas­troian­ni. Avec ce musi­cal, Mau­ry Yeston fai­sait une irrup­tion inat­ten­due sur la scène du théâtre musi­cal new-yorkais grâce à des mélodies remar­quables (My Hus­band Makes Movies, Sim­ple, Unusu­al Way…) et des numéros à sen­sa­tion (Over­ture, Folies Berg­ere, The Bells of St Sebas­t­ian …). Pour ne rien gâter, la mise en scène et la choré­gra­phie de Tom­my Tune et Thom­mie Walsh se révélaient bril­lantes et ont amené Nine à rafler 4 Tony Awards 1982. Par­mi les dis­tinc­tions : meilleur Musi­cal et meilleur sec­ond rôle féminin pour la française Lil­iane Mon­tevec­chi. Longtemps après la dernière des 732 représen­ta­tions de New-York, Nine con­serve la répu­ta­tion d’o­rig­i­nal­ité et de rêve éveil­lé pour adulte qui a illu­miné sa créa­tion. Quelques 20 années après la prise de rôle de Raul Julia, c’est tou­jours un séduisant latin — en l’oc­cur­rence Anto­nio Ban­deras — qui mène la reprise (avril 2003) impatiem­ment atten­due par les gourmets de Broadway.

Nine a été joué en 1997 aux Folies Bergère de Paris avec Jérôme Pradon dans l’u­nique rôle mas­culin adulte. Le romanci­er et dra­maturge Eric-Emmanuel Schmitt assur­ait l’adap­ta­tion des textes en français. La mise en scène venue d’I­tal­ie était égale­ment savoureuse. Mal­gré tous ces argu­ments de poids, le spec­ta­cle n’a enreg­istré qu’une faible audi­ence et est vite tombé. On peut imput­er l’échec à un mar­ket­ing erra­tique face à un pub­lic non récep­tif. Pour­tant durant l’e­space de quelques semaines, Paris avait dans ses murs ce que Broad­way fai­sait de plus sophis­tiqué mais il n’en a rien su. A cette époque la comédie musi­cale ne fai­sait pas encore recette. Notre Dame de Paris arrivera à la ren­trée de 1998 seulement.

Ver­sions de référence 
Du fait de la grande qual­ité des chan­sons, les enreg­istrements de Nine sont tous bien­venus dans les dis­cothèques. Tout d’abord il y a l’en­reg­istrement de la dis­tri­b­u­tion orig­i­nale de Broad­way avec Raul Julia et Lil­iane Mon­tevec­chi. C’est un témoignage incon­tourn­able qui souf­fre cepen­dant d’une resti­tu­tion incom­plète de la par­ti­tion. Quelques années plus tard, un con­cert enreg­istré en Angleterre (1992) a per­mis d’ac­céder à une ver­sion « com­plète » en 2 CD. De la dis­tri­b­u­tion était remar­quable avec Jonathan Pryce en Gui­do Con­ti­ni, Lil­iane Mon­tevec­chi, Elaine Paige en guest star et une chorale fournie qui flanque le fris­son à l’ouverture.

Enfin les amoureux nou­veaux ou anciens de la par­ti­tion jet­teront un oeil atten­tif à l’en­reg­istrement de la dis­tri­b­u­tion aus­trali­enne. La troupe est vail­lante, l’en­reg­istrement reste toute­fois moins com­plet que le con­cert anglais.

NineOrig­i­nal Cast Album (1982) — CBS/Sony CK 38325

Nine - Orig­i­nal Lon­don Con­cert Cast (1992) — TER CDTER2 1192

Nine - Orig­i­nal Autralian Cast (1987) — TER CD1190