Next Thing You Know (Critique)

0
280

next-thing-you-knowCom­pos­i­teur : Joshua Salzman
Paroli­er : Ryan Cunningham
Mise-en-scène : Tol­gay Pekin
Direc­tion musi­cale : Math­ieu Becquerelle
Dis­tri­b­u­tion : Lau­ren Tay­lor Berk­man, Quentin Bruno, Frédéric Bro­dard, Miran­da Crispin
Orchestre : Vladimir Medail, Judith Taupin, Clé­mence Matthey

Résumé : C’est l’histoire de qua­tre New Yorkais qui rient, boivent et tombent amoureux tout en se posant les grandes ques­tions, celles face aux­quelles tout jeune rêveur se retrou­ve con­fron­té quand il se réveille dans cette ville qui ne dort jamais…

Infos: http://amtlive.org/ntyk/

Notre avis :

Après EdgesThe Last Five Years, ou Songs For A New World qui avaient déjà séduit le pub­lic parisien ces dernières années, la nou­velle pro­duc­tion de l’association AMT live ! (Amer­i­can Musi­cal The­atre), Next Thing You Know est à son tour une belle réus­site. Pro­posé cet été à Paris, dans la cave de l’Highlander Scot­tish Bar, ce spec­ta­cle musi­cal, tout droit venu du «off Broad­way», offre le charme sup­plé­men­taire et inso­lite d’immerger totale­ment le pub­lic au cœur du décor et de l’action. Car ce pub qui accueille les spec­ta­teurs est aus­si et surtout le cadre exact de l’histoire. Celle de qua­tre trente­naires new-yorkais, par­venus sans s’en ren­dre compte à l’âge adulte, à l’heure des déci­sions majeures de l’existence, des pre­mières incer­ti­tudes et des dernières illusions.
C’est là, accoudés au comp­toir, ou attablés dans la salle, au plus près du pub­lic, que Waver­ly, Dar­ren, Luke et Lisa s’interrogent –le plus sou­vent un verre à la main– sur ce temps passé trop vite. Hier ado­les­cents, les voilà soudain con­fron­tés au réel, quand les choix de vie font face aux rêves… Car­rière, amour, estime de soi, vie de cou­ple… ils vont se con­fi­er leurs états d’âme, leurs doutes, leurs espoirs et leurs regrets, ten­tant de réfléchir, de choisir, et finale­ment de se con­stru­ire. Au fil des jours, les ver­res vont se vider, les cœurs se libér­er et leurs des­tins croisés se dessiner.
Ambiance à la Friends, textes con­tem­po­rains signés Ryan Cun­ning­ham (I Love You Because), et per­son­nages attachants, ce spec­ta­cle, présen­té entière­ment en anglais, est écrit comme une vraie pièce de théâtre. Plein d’humour et de réal­isme, il est parsemé de scènes comiques, de chan­sons ten­dres ou de duos plus graves. Autant de sen­ti­ments que les artistes –qui ont pour cer­tains exacte­ment l’âge de leur rôle– restituent avec justesse. Sans sur­prise, Lau­ren Berk­man et Miran­da Crispin, piliers de l’AMT, sont par­faite­ment à l’aise, comme leurs parte­naires de scène et de zinc, Quentin Bruno et Frédéric Bro­dard. Leur jeu est impec­ca­ble, leur inter­pré­ta­tion naturelle et l’ensemble par­fois cri­ant de vérité. Prof­i­tant astu­cieuse­ment de ce cadre idéal, Tol­gay Pekin a conçu pour eux une mise en scène orig­i­nale, par­fois inter­ac­tive, qui sert les nom­breux pas­sages de comédie et con­forte le réal­isme des scènes. Pour couron­ner le tout, les artistes s’offrent même le priv­ilège d’être accom­pa­g­nés par qua­tre musi­ciens, dirigés par Math­ieu Bec­querelle, qui don­nent vie aux mélodies de Joshua Salz­man et appor­tent une réelle valeur ajoutée.
D’apparence léger, Next Thing You Know est peut-être plus pro­fond qu’il n’y parait. Car la fragilité, les désirs et les réflex­ions des per­son­nages ne peu­vent que nous inter­peller et nous amen­er à nous inter­roger, au moins sur un point : qu’avons-nous à regret­ter dans notre vie ? Il est peut-être bon de se pos­er la ques­tion… avant d’aller voir le spec­ta­cle. C’est juste un conseil…