Marie Oppert, la jeune révélation des Parapluies

0
266
Marie Oppert (c) DR
Marie Oppert © DR

Vous avez com­mencé sur la scène du Châtelet très jeune dans The Sound of Music. Com­ment êtes-vous arrivée sur ce spectacle ?
En effet, j’ai été engagée pour la pre­mière fois au Châtelet à l’âge de 12 ans dans The Sound of Music. J’avais enten­du par­ler de l’au­di­tion pour les rôles d’en­fants grâce à un pro­fesseur du CRR de Paris où je fai­sais mes études de chant. Lors de la reprise du spec­ta­cle en 2013, le Châtelet m’a recon­tac­tée pour repass­er une audi­tion. J’ai été choisie une deux­ième fois pour jouer les enfants de la famille Von Trapp. J’ai donc eu la chance de jouer deux rôles dif­férents (Mar­ta puis Brigit­ta Von Trapp).

Vous avez tou­jours eu envie de faire de la comédie musicale ?
Depuis toute petite, je rêvais d’être actrice mais c’est surtout depuis mon expéri­ence dans The Sound Of Music au Châtelet que ma pas­sion pour la comédie musi­cale s’est déclenchée. Ce fut pour moi une révéla­tion et, depuis ce spec­ta­cle, je n’ai jamais douté que je voulais faire ce métier.

Vous vous retrou­vez aujour­d’hui dans un pre­mier rôle au Châtelet, avec le per­son­nage de Geneviève dans Les Para­pluies de Cher­bourg. Com­ment appréhende-t-on cette expérience ?
Je suis très hon­orée qu’on m’of­fre un tel rôle à mon âge. Au début, j’avoue que cela me fai­sait un peu peur. C’est la pre­mière fois que je ne joue pas un rôle « d’en­fant ». Et surtout le rôle étant incar­né dans le film orig­i­nal par l’icône du ciné­ma français Cather­ine Deneuve, c’est une pres­sion en plus. J’ai donc essayé de m’ap­pro­prier le per­son­nage avec cette inspi­ra­tion mais à ma façon. C’est en même temps un rôle qui a exacte­ment mon âge (17 ans) et auquel je peux assez facile­ment m’identifier .

Quel rap­port aviez-vous au tra­vail de Michel Legrand et Jacques Demy ? C’est un univers que vous aimiez ?
J’ai tou­jours été une grande fan de la musique de Michel Legrand ! Et j’adore égale­ment l’u­nivers de Jacques Demy. Je me rap­pelle d’ailleurs avoir été très mar­quée par le film Les Para­pluies de Cher­bourg quand je l’ai vu la pre­mière fois. J’é­tais aus­si allée à l’ex­po­si­tion récente sur Jacques Demy à la Ciné­math­èque qui m’avait fascinée ; jamais je n’au­rais pen­sé ce jour-là faire par­tie de cette aven­ture. C’est un rêve qui devient soudaine­ment réalité !

Quelles sont vos références en matière de théâtre musical ?
Je suis pas­sion­née par la comédie musi­cale améri­caine. J’ad­mire tous les grands com­pos­i­teurs améri­cains, ceux de l’âge d’or comme Rodgers et Ham­mer­stein mais aus­si ceux d’au­jour­d’hui comme Sond­heim, Stephen Schwartz, Jason Robert Brown… Et mes références sont, bien sûr, les plus grandes icônes de Broad­way comme Bar­bra Streisand, Liza Min­nel­li, Pat­ti LuPone, Audra Mac­Don­ald, Sut­ton Fos­ter, Kristin Chenoweth…

Quels sont vos projets ?
Cet automne, j’ai quelques con­certs à Paris (notam­ment Broad­way au Car­ré le 5 novem­bre) et je suis retenue pour des audi­tions en France et à l’é­tranger. Je con­tin­ue égale­ment à me for­mer. Il y aura sans doute des suites aux Para­pluies de Cher­bourg la sai­son prochaine. Avec tous ces pro­jets, je vais con­tin­uer à vivre ma passion.