Love Circus : la distribution dévoilée

0
421

Le rideau s’est levé sur la dis­tri­b­u­tion de Love Cir­cus, le prochain spec­ta­cle musi­cal de Stéphane Jarny. Un rideau for­cé­ment rouge puisque ce nou­veau grand show va nous men­er au cœur de l’univers du cirque. Dans ce monde où la dis­ci­pline et l’effort côtoient le maquil­lage et le mer­veilleux, se tra­ment sou­vent en couliss­es intrigues, romances et pas­sions. Love Cir­cus ne va pas déroger à la règle, met­tant en scène une famille de cir­cassiens qui porte un lourd secret. Afin d’éviter de se voir frap­per par une étrange malé­dic­tion touchant toutes les femmes de leur famille, les deux sœurs, pro­prié­taires du cabaret, ont en effet scel­lé un pacte dans leur jeunesse : celui de ne jamais tomber amoureuse… Ain­si va la vie aux Folies Bergère. Mais voilà qu’après dix ans d’absence, une troisième sœur fait un retour inat­ten­du. Remet­tant en cause cette règle absolue et le quo­ti­di­en établi, elle vient faire une annonce fracassante…

La troupe de Love Circus aux Folies Bergère (c) Bruno Barbazan
La troupe de Love Cir­cus aux Folies Bergère © Bruno Barbazan

Fil rouge du spec­ta­cle qui s’annonce d’ores et déjà comme fan­tai­siste et extrav­a­gant, le thème uni­versel de l’amour sera à l’honneur. Les plus grandes chan­sons du réper­toire depuis des décen­nies devraient se retrou­ver au pro­gramme, par­mi acro­bates, équilib­ristes et autres numéros de cir­cassiens. Un show par­ti­c­ulière­ment orig­i­nal donc, au par­fum de Moulin Rouge et de piste aux étoiles et où l’on retrou­vera notam­ment Alexan­dre Faitrouni, Golan Yosef et Vin­cent Heden en maitre de céré­monie. Quant aux fameuses trois sœurs, elles seront incar­nées par Lola Cès, ain­si que Fan­ny Fourquez et Aurore Delplace que nous avons rencontrées.

Inter­views croisées de deux artistes très impatientes.

Vous voilà sœurs le temps d’un spec­ta­cle. Pou­vez-vous nous en dire plus sur vos rôles respectifs ?

Fan­ny Fourquez : Je vais jouer la fille ainée, l’une des patronnes des Folies Bergère. Face à la malé­dic­tion qui provoque des fins trag­iques à toutes les femmes amoureuses de notre famille, nous avons donc fait ce fameux ser­ment quand nous étions enfants. Cha­cune des trois sœurs, avec sa per­son­nal­ité et sa vision, va respecter ou non ce pacte. En ce qui me con­cerne, je serai en quelque sorte la gar­di­enne du tem­ple, celle qui reste à tout prix fidèle à cette promesse. Pour cela, je ne quitte absol­u­ment jamais le cabaret, j’y ai con­stru­it mon monde et n’en suis pas sor­ti une seule fois. Mais mon per­son­nage pos­sède aus­si une autre par­tic­u­lar­ité,  celle de piquer des colères ter­ri­bles en langue étrangère… Je ne peux pas vous en dire plus, c’est l’un des secrets du spectacle.

Aurore Delplace : Je vais incar­n­er tout l’inverse ! Petite dernière de la tribu, je suis par­tie vivre quelques années au bout du monde, bien loin des Folies. Et je vais  revenir dix ans après, pour annon­cer que je suis tombée amoureuse et que je vais me mari­er. J’ai été totale­ment à l’encontre du pacte ! Ultra roman­tique, mon per­son­nage croit en l’amour, croit que c’est une source de bon­heur et estime que c’est une rai­son de vivre. Je vais donc être un élé­ment per­tur­ba­teur qui vient com­plète­ment cham­bouler le petit monde con­stru­it par mes deux sœurs. Elles ont bâti toute leur vie sur ce refus. En affir­mant haut et fort qu’il est pos­si­ble d’aimer, de se mari­er, je vais tout retourn­er ! C’est le début de toute l’intrigue.

Fan­ny Fourquez : Oui c’est un point de départ à de nom­breux rebondisse­ments. Car il n’y a pas qu’une seule malé­dic­tion. D’autres sont présentes tout au long de ce spec­ta­cle qui est tout de même très fan­tai­siste ! Cette his­toire orig­i­nale est sans esprit chronologique musi­cale­ment comme on a pu con­naitre dans Salut Les Copains. Là c’est vrai­ment libre au niveau de l’époque. En revanche, on va vis­iter toutes les chan­sons qui par­lent d’amour. Que ce soit l’amour entre frère et sœur, entre amants, l’amour pas­sion. Les auteurs ont puisé dans l’immensité de ce réper­toire et tous les titres illus­treront notre histoire.

Fanny Fourquez et Aurore Delplace (c) Regard en Coulisse
Fan­ny Fourquez et Aurore Delplace © Regard en Coulisse

Êtes-vous heureuses d’évoluer dans l’univers du cirque ?

Les deux en chœur : Oui ! En fait toutes les deux, nous n’attendions que cela et nous sommes  super enthousiastes.

Fan­ny Fourquez : Ce thème m’a directe­ment con­va­in­cue. Lorsque Stéphane [Jarny] l’a évo­qué, j’ai immé­di­ate­ment dit oui. J’adore le cirque. J’y ai un peu touché dans le passé mais c’est une dis­ci­pline qui demande énor­mé­ment de temps et  de tra­vail. Sur scène, nous serons chaque soir entourées de pro­fes­sion­nels et de cir­cassiens de très haut niveau, il n’est pas ques­tion de pré­ten­dre nous-mêmes en faire par­tie, sous pré­texte que depuis trois mois nous nous entrain­ons. On ne va pas s’amuser à rivalis­er avec eux, ce n’est pas du tout l’idée.

Aurore Delplace : J’espère pou­voir effleur­er quelques tech­niques, qui sait ? Mais déjà, c’est génial d’être dans cette ambiance et cet univers. Sans compter que le décor des Folies Bergère se prête com­plète­ment à cet esprit. De vieux élé­ments vont d’ailleurs être réu­til­isés à cette occa­sion ain­si que d’anciens numéros clas­siques qui ont fait le suc­cès de ce lieu. On a des siè­cles d’histoire que l’on va pou­voir exploiter !

Si vous pou­viez présen­ter un numéro, qu’aimeriez-vous faire ?

Fan­ny Fourquez : Sans hésiter, tout ce qui relève de l’aérien. Du trapèze, du cerceau, du tis­su aérien. Bref, être en l’air !

Aurore Delplace : Moi j’adore avoir la tête en bas. Finale­ment on se com­plète bien !

A venir, les inter­views de Vin­cent Heden, Alexan­dre Faitrouni, Golan Yosef et Lola Cès.

Réser­va­tions ouvertes sur : www.foliesbergere.com;  www.fnac.com ; www.ticketnet.fr et points de ventes habituels. Et bien­tôt sur : WWW.LOVE-CIRCUS.FR