L’opéra dans tous ses états (Critique)

0
251

Con­cep­tion : Leana Dur­ney et Davide Autieri avec la com­plic­ité (entre autres) de Mozart, Donizetti, Per­gole­si, Simons & Offenbach

Avec Leana Dur­ney (sopra­no), Davide Autieri (bary­ton), Guy-François Leuen­berg­er (piano)

Mise en scène : Frédéric Mairy

Portés par l’envie de bous­culer les codes du réc­i­tal clas­sique, Leana Dur­ney et Davide Autieri ont imag­iné un spec­ta­cle cocasse, tis­sé autour d’une his­toire d’amour, sujet large­ment abor­dé par les oeu­vres d’opéra. Avec la com­plic­ité du pianiste Guy-François Leuen­berg­er, les deux chanteurs, elle sopra­no, lui bary­ton, vis­i­tent un réper­toire allant de Mozart à Offen­bach et qui emprunte, par sa forme, la légèreté et la con­vivi­al­ité du café-concert.

L’occasion, pour les non-ini­tiés, de décou­vrir l’opéra et pour le pub­lic aver­ti de con­stater que lyrisme et humour ne sont pas incompatibles.

Notre avis :
Quelle bonne idée que deux chanteurs lyriques pro­posent de rire avec l’opéra, cet art réputé (à tort) trop sérieux ! Mené par un bary­ton un rien nar­cis­sique, macho et autori­taire vis-à-vis de ses deux acolytes qu’il appelle ses employés (une sopra­no tour à tour tran­sie, rebelle et fausse­ment naïve, et un pianiste à la bouille d’ange trompeuse), le spec­ta­cle enchaîne airs et duos, entre séduc­tion et scènes de ménage.
Même si la trame générale reste trop décousue pour con­va­in­cre et même si cer­tains numéros moins orig­in­aux peinent à décoller, plusieurs trou­vailles savoureuses et gags bien exé­cutés, qui jouent sur le décalage entre texte et action, provo­quent l’hilarité : par­o­die de mise en scène con­v­enue, inter­ven­tions du pianiste, tran­scrip­tions siru­peuses de pièces sérieuses…
Les ama­teurs d’opéra s’amuseront des clins d’œil réservés à leur réper­toire favori, les non ini­tiés décou­vriront ou recon­naîtront des mélodies bien con­nues, et tous apprécieront un diver­tisse­ment mené avec énergie et porté par de belles voix.