Londres : Sing-Along Rocky Horror Picture Show

0
353

rocky-horror-sing-alongSor­ti en 1975, le Rocky Hor­ror Pic­ture Show rend hom­mage aux films de sci­ence fic­tion, d’hor­reur et de série B.

Adap­té d’une comédie musi­cale, il fut un bide com­mer­cial à sa sor­tie, avant de trou­ver son pub­lic aux séances de minu­it et par­venir à son statut actuel d’oeu­vre culte. Il est encore dif­fusé régulière­ment dans les ciné­mas du monde entier, et notam­ment au Prince Charles à Lon­dres, à coté de Leices­ter Square.

Mais atten­tion! Vous n’allez pas assis­ter à une séance de ciné­ma ordi­naire ! Il s’ag­it d’un sing along avec par­tic­i­pa­tion du pub­lic. Quoi? Suiv­ez-nous dans l’u­nivers déjan­té, mys­térieux, et sul­fureux de son héros, Frank N’Furter…

Le « sing along » est une activ­ité courante en Angleterre — des films musi­caux (Hair­spray, La Mélodie du Bon­heur, Annie…) sont pro­jetés avec des sur­titres sur les par­ties chan­tées, façon karaoké, afin de repren­dre en coeur les airs les plus connus.

Mais pour le Rocky, la tra­di­tion veut qu’il y ait égale­ment une grande par­tic­i­pa­tion du pub­lic (expliquée plus bas) car le spec­ta­cle se doit d’être autant sur l’écran que dans la salle.

On vous le rap­pellera a l’en­trée : la pre­mière règle du sing along est… qu’il n’y a pas de règles !

La soirée se déroule en plusieurs étapes :

Pre-show :
Annon­cé comme une sorte de pre­mière par­tie, il s’ag­it plus de s’as­sur­er que tout le monde dans la salle con­naît les tra­di­tions entourant le film et com­prend com­ment la séance va se dérouler. Petite piqûre de rap­pel sur les acces­soires (four­nis par le ciné­ma), les mou­ve­ments de danse, les insultes à lancer en fonc­tion des per­son­nages. Rien de très neuf pour tout fan du Rocky, mais tou­jours utile pour les débutants.

Con­cours de costumes :
Tra­di­tion très anglaise, le « fan­cy dress con­test » per­met de faire admir­er (ou non) ses tal­ents de styl­iste. Venez déguisés en Rocky, Frank, Colum­bia ou autre, et vous serez jugés à l’ap­plaudimètre — les lots sont peu intéres­sants (quelques DVDs) mais cela per­met de ren­tr­er petit a petit dans l’ambiance.

Le film :
Evidem­ment, il est con­seil­lé d’avoir vu le film avant de venir — car même si, con­traire­ment aux séances exis­tant en France au Stu­dio Galande, vous pour­rez ici suiv­re ce qu’il se passe sur l’écran d’un bout a l’autre, il sera dif­fi­cile de réa­gir a toutes les blagues.

Petite séance de rat­tra­page con­cer­nant le pitch: Brad et Janet vien­nent de se fiancer et souhait­ent annon­cer la nou­velle au Dr Scott, qui était leur pro­fesseur dans la classe duquel ils se sont ren­con­trés. Ils se per­dent en chemin et se retrou­vent bien mal­gré eux dans la demeure de Frank N’Furter, un per­son­nage pour le moins étrange…

Les célèbres lèvres rouges sur­gis­sent sur l’écran, « Dou­ble Fea­ture » démarre  — c’est par­ti. Les paroles appa­rais­sent, et tout le monde reprend l’air en choeur. Sur les chan­sons plus ryth­mées (« Time Warp », « Hot Patootie », une par­tie du « Floor Show »…) les spec­ta­teurs sont égale­ment invités à se lever afin de danser comme dans le film. A chaque fin de scène musi­cale, cha­cun reprend son siège (le place­ment est d’ailleurs numéroté) et l’ac­tion con­tin­ue comme si de rien n’était.…

La dif­férence avec les séances du Galande à Paris ? Le Stu­dio Galande dans le 5e arrondisse­ment de Paris pro­pose le Rocky Hor­ror Pic­ture Show tous les ven­dredis et samedis soir avec deux  troupes dif­férentes. Le con­cept est en quelque sorte com­plé­men­taire au sys­tème du sing along anglais. Alors qu’il ne faut pas espér­er suiv­re le film a Paris, (en tout cas avec le cast du same­di soir) qui est rejoué devant l’écran par des acteurs bénév­oles, la séance anglaise est beau­coup plus sage ! Hormis le « pre-show » et les par­ties chan­tées où tout le monde se lève et danse (sur les morceaux les plus con­nus), le reste ressem­ble assez à une séance de ciné­ma classique.

Pour les habitués du Galande, cela peut être une alter­na­tive intéres­sante et l’oc­ca­sion de redé­cou­vrir le film! Et c’est pour les novices une facon « soft » de pren­dre con­nais­sance de l’oeu­vre de Richard O’Brien sans crain­dre une par­tic­i­pa­tion… trop par­tic­i­pa­tive de l’équipe comme cela est le cas à Paris.

Atten­tion cepen­dant: à Lon­dres, le riz et l’eau sont pro­scrits. Le ciné­ma vous fourni­ra un petit « good­ie bag » com­por­tant tous les acces­soires néces­saires pour la soirée. Cela peut paraître moins fun, mais au final, danser le time warp sans gliss­er sur du riz est très appré­cia­ble. La salle est par­ti­c­ulière­ment belle et on imag­ine facile­ment que les organ­isa­teurs souhait­ent la préserver.

L’en­trée est assez chère (14,95 GBP) mais alignée sur les tar­ifs de ciné­ma dans le cen­tre de Lon­dres. Et pour ce prix, vous aurez l’as­sur­ance de pass­er une soirée pas comme les autres dans le West End !

Prince Charles Cinema
7 Leices­ter Place
WC2 7BP London

Site Inter­net: http://www.singalonga.net/rockyhorror/index.html