L’île aux Trésors — La comédie musicale (Critique)

0
347

ile-aux-tresorsLibre­ment inspiré des per­son­nages du roman de Robert Stevenson
Livret et mise en scène : Ismaël Djema
Musique orig­i­nale : Emmanuel Dahl / StCyr
Dis­tri­b­u­tion en cours : 9 comé­di­ens, chanteurs et danseurs
Choré­gra­phie : Yann Hervé
Con­cep­tion des mar­i­on­nettes : I.Djema/L.Leroy/E.Tedesco
Décors : Loïc Leroy
Cos­tumes : Emi­lie Tedesco
Arrange­ments Musi­caux : Emmanuel Dahl

A par­tir de 5 ans
Durée du spec­ta­cle : 1 H30

Avant de mourir, Bil­ly Bones, un vieux loup de mer à la retraite, sur qui pèse une obscure men­ace, con­fie à Jim Hawkins, jeune orphe­lin sans his­toire, une mys­térieuse carte…
Com­mence alors une fan­tas­tique chas­se aux tré­sors, menée tam­bour bat­tant, qui con­duira notre jeune héros, en com­pag­nie des plus célèbres pirates des caraïbes, sur l’Ile du Squelette…Mais gare au fan­tôme du Cap­i­taine Flint !

Notre avis :

Quand l’humour des Mon­ty Python côtoie les mar­i­on­nettes façon Avenue Q dans un monde où les pirates trou­vent des cartes au tré­sor sur des culottes rouges, cela donne L’Ile aux tré­sors – La comédie musi­cale. On l’aura com­pris : out­re le nom des per­son­nages, cette ver­sion de L’Ile au tré­sor n’a que peu de rap­ports avec l’œuvre de Steven­son. Ismaël Dje­ma con­voque ici musiques, mar­i­on­nettes et références actuelles au ser­vice d’un spec­ta­cle musi­cal décalé qui amusera les enfants mais aus­si les adultes qui les accom­pa­g­nent. Les morceaux com­posés par Emmanuel Dahl (Hair, Les Dix com­man­de­ments, Le Roi Soleil) et StCyr sont de qual­ité, piochant du côté de la pop, de la var­iété mais aus­si du reg­gae. Les artistes passent avec dex­térité d’un per­son­nage – et d’une mar­i­on­nette – à l’autre, avec un rythme tout à fait soutenu qui ne cède pas de place aux temps morts. On pour­ra regret­ter, eu égard à la qual­ité du spec­ta­cle et aux moyens à dis­po­si­tion, l’utilisation d’une bande-son et des chœurs préal­able­ment enreg­istrés. Au-delà de l’aspect artis­tique qui en pâtit néces­saire­ment, le vol­ume des ban­des et de cer­taines voix peut être quelque peu gênant, notam­ment car il nuit à la com­préhen­sion des textes. Fort heureuse­ment, cela n’empêche nulle­ment d’apprécier un spec­ta­cle mené tam­bour bat­tant par une troupe énergique et une his­toire enlevée. Les enfants apprécieront l’univers et le réc­it. Les adultes riront de bon cœur au sec­ond degré des répliques. N’hésitez donc pas à embar­quer en famille pour un voy­age des plus sym­pa­thiques vers une île déjantée !