L’homme de Riom (Critique)

0
204

homme-riomAuteur : Ben­jamin Bollen.
Met­teur en scène : François Lis.
Avec : Isa Fleur & Ben­jamin Bollen.

Résumé : Dans la France des années 50, les tribu­la­tions musi­cales d’un petit fripon mon­té à Paris pour devenir le nou­veau Roi de l’Opérette.
En 1956, un jeune homme orig­i­naire du Puy-de-Dôme décide de mon­ter à Paris pour devenir vedette de music-hall. Mais le chemin jusqu’en haut de l’af­fiche va s’avér­er fort périlleux… et notre jeune héros, accom­pa­g­né de son infidèle pianiste, devra sur­mon­ter de folles aven­tures, par­fois bien peu catholiques, pour attein­dre le firmament…

Notre avis : A tra­vers le par­cours d’un jeune provin­cial mon­tant à Paris pour y chercher gloire et suc­cès dans le monde du music-hall, Ben­jamin Bollen trace un por­trait amu­sant de la France des années 50. Avec un réper­toire musi­cal très bien élaboré, une scéno­gra­phie sim­ple mais effi­cace, et son total engage­ment dans son per­son­nage, il plonge lit­térale­ment le spec­ta­teur dans l’univers ten­drement désuet de l’après-guerre.
Vocale­ment très assuré, il béné­fi­cie d’un accom­pa­g­ne­ment impec­ca­ble au piano et au chant d’Isa Fleur. Le duo fonc­tionne très bien et leur com­plic­ité fait plaisir à voir. La mise en scène tente une mise en abîme en ouver­ture du spec­ta­cle qui ne fonc­tionne pas, s’appuie ensuite sur un ressort comique qui est un peu tou­jours le même et tend à surlign­er de manière sys­té­ma­tique les chan­sons à dou­ble sens faisant per­dre ain­si un peu de la saveur des textes si intel­ligem­ment écrits.
Ces faib­less­es sont heureuse­ment com­pen­sées par un rythme dynamique, un jeu très pré­cis de Ben­jamin Bollen qui tient en haleine les spec­ta­teurs et par des scènes par­ti­c­ulière­ment réussies comme celles de cabaret en inter­ac­tion avec le pub­lic dans lesquelles il excelle.