Les Tony Awards 2000 — Entre controverse et consensus

0
256

Contact ©DR
Con­tact ©DR
Les paris étaient donc ouverts et tout sem­blait pos­si­ble au vu de la diver­sité des pro­duc­tions en com­péti­tion. Kiss Me, Kate était en tête des favoris avec 12 nom­i­na­tions, suivi par The Music Man (8), The Wild Par­ty et Con­tact (7), Swing! (6), Aida, James Joyce’s The Dead et Marie Chris­tine (5).

Le « meilleur musi­cal » n’a ni orchestre ni chansons ! 
Annon­cé par Bernadette Peters, le Tony du meilleur musi­cal a été attribué à Con­tact de Susan Stro­man. Sa nom­i­na­tion dans la caté­gorie « best musi­cal » avait déjà sus­cité beau­coup de remous, sa vic­toire ne fera qu’al­i­menter la polémique. Con­tact, « pièce choré­graphique » de Susan Stro­man, n’a pas de par­ti­tion orig­i­nale, la musique util­isée est dif­fusée par une bande-son et il n y a pra­tique­ment pas de dia­logue. Les syn­di­cats de musi­ciens ont évidem­ment protesté con­tre cette pra­tique. Les puristes ont décrété que ce n’é­tait pas un « musical ».
En dépit de la con­tro­verse, les votants ont voulu récom­penser un tra­vail auda­cieux et orig­i­nal. Stro­man rem­porte égale­ment le Tony de la meilleure choré­gra­phie pour ce même spec­ta­cle. Elle était d’ailleurs nom­mée deux fois dans cette caté­gorie (pour Con­tact et The Music Man).
L’autre grand vain­queur de la soirée est Michael Blake­more, qui fait un coup dou­ble en rem­por­tant le Tony de la meilleure mise en scène d’une pièce (pour Copen­hagen) et celui de la meilleure mise en scène… d’une comédie musi­cale (pour Kiss Me, Kate). Ce clas­sique de Cole Porter rem­porte égale­ment le Tony de la meilleure reprise.

Viens voir les comédiens… 
Du côté des artistes, le con­sen­sus sem­ble avoir été de mise, les votants ayant récom­pen­sé des vis­ages fam­i­liers de Broad­way, béné­fi­ciant d’une haute cote de popularité.
Karen Ziem­ba, nom­mée en 1997 pour Steel Pier, le flop de Kan­der et Ebb, rem­porte enfin son pre­mier Tony grâce à Con­tact. Elle avait repris avec suc­cès de nom­breux rôles dans des pro­duc­tions telles que A Cho­rus Line, 42nd Street, Crazy For You ou plus récem­ment Chica­go, mais n’ayant pas créé les rôles en ques­tion, elle n’é­tait évidem­ment pas éli­gi­ble. Dans Con­tact, ce sont ses tal­ents de danseuse que Ziem­ba met en avant, elle en est désor­mais récompensée.

C’est un de ses parte­naires de Con­tact (même si elle ne danse pas avec lui dans le spec­ta­cle) qui rem­porte le Tony du meilleur sec­ond rôle mas­culin. Boyd Gaines n’est pas non plus un nou­veau venu à Broad­way. Vu dans les repris­es de Com­pa­ny et Cabaret, il avait déjà été récom­pen­sé pour She Loves Me en 1994.

Bri­an Stokes Mitchell rem­porte enfin son pre­mier Tony grâce à Kiss Me, Kate dans lequel il inter­prète un acteur shake­spearien un peu cabot sur les bor­ds. Un rôle en or ? Il lui per­met en tout cas d’obtenir la récom­pense qu’il avait man­quée de peu en 1998 (pour Rag­time) au prof­it d’Alan Cum­ming (Cabaret).
La seule vraie sur­prise est la récom­pense attribuée à Heather Headley (Aida), dans la caté­gorie « meilleure actrice dans une comédie musi­cale ». Headley coiffe au poteau des con­cur­rentes très sérieuses telles que Marin Mazz­ie (Kiss Me, Kate) et Audra Mac­Don­ald (Marie Chris­tine), pri­vant cette dernière d’un qua­trième trophée.

Autre récom­pense attribuée à un nou­veau venu, celle du meilleur livret attribuée à Richard Nel­son pour James Joyce’s The Dead, à recevoir comme une note d’en­cour­age­ment pour un spec­ta­cle ayant déjà fermé…

Win­ners and losers 
Une soirée de Tonys ne serait pas vrai­ment com­plète sans petit inci­dent diplo­ma­tique. Cette année, Elton John et Tim Rice n’é­taient pas présents pour recevoir leur Tony du « best score », peut-être vexés de n’avoir pas été nom­inés dans la caté­gorie « best musical ».
Dans les caté­gories tech­niques néan­moins, Aida rem­porte le Tony pour les lumières (Natasha Katz) et les décors (Bob Crow­ley) prou­vant qu’il faut savoir vivre dan­gereuse­ment, une chute du décor ayant fail­li tuer les deux inter­prètes prin­ci­paux lors des pre­views du spec­ta­cle ! Quant aux cos­tumes, c’est Mar­tin Pak­le­d­i­naz qui est récom­pen­sé pour Kiss Me, Kate.

Les deux grands per­dants de cette sai­son sont incon­testable­ment The Music Man - la reprise du clas­sique de Mered­ith Wil­son ? et l’au­teur-com­pos­i­teur John Michael LaChiusa, présent deux fois cette sai­son avec Marie Chris­tine et The Wild Par­ty.
The Music Man avait pour­tant reçu un accueil très favor­able des cri­tiques et sem­blait plutôt bien par­ti pour recevoir une récom­pense. Il a finale­ment été bat­tu par Kiss Me, Kate.
Quant à John Michael LaChiusa, il ne sem­ble pas avoir con­va­in­cu les votants et repart sans aucune récom­pense. Son tra­vail très (peut-être trop) ambitieux se situe à la fron­tière de l’opéra et de la comédie musi­cale, et c’est peut-être ce qui lui est reproché.

En avant pour 2000–2001
L’avène­ment de Con­tact est-il annon­ci­a­teur d’un nou­veau tour­nant à Broad­way ? Les revues choré­graphiques telles que Fos­se et Swing! rem­por­tent un vif suc­cès. Les adap­ta­tions de suc­cès ciné­matographiques (Foot­lose, La fièvre du same­di soir) tien­nent l’af­fiche en dépit des mau­vais­es cri­tiques et l’ère des mega-musi­cals sem­ble touch­er à sa fin avec la fer­me­ture de mastodontes telles que Cats et Miss Saigon. Reste à savoir si la con­jonc­ture per­me­t­tra à de nou­veaux tal­ents d’émerg­er (le cas LaChiusa n’est pas convaincant).

Une sai­son s’achève, une autre s’an­nonce. D’ores et déjà, les spécu­la­tions sont per­mis­es quant aux nou­veautés qui arriveront à bout du long et dif­fi­cile chemin qui mène à Broad­way. Stephen Sond­heim réus­sira-t-il à mon­ter son Wise Guys cette année, renouant ain­si sa col­lab­o­ra­tion légendaire avec Hal Prince après un froid de plusieurs années ? Kan­der et Ebb écriront-ils leur oeu­vre la plus noire avec The Vis­it qui mar­quera le retour d’An­gela Lans­bury ? Le Mar­tin Guerre de Bou­blil et Schön­berg trou­vera-t-il enfin un « théâtre appro­prié » ? Les chauves-souris de Bat­man seront-elles aus­si tenaces que les chats de Cats ? Résul­tats dans un an…