« Les Filles de Caleb », l’opéra-folk, en supplémentaires

0
428
La troupe de l
La troupe de l'opéra-folk : <i>Les Filles de Caleb.</i> © Tamdem.mu
La troupe de l’opéra-folk : Les Filles de Caleb. © Tamdem.mu

La créa­tion de Michel Rivard (musique et paroles) et de Miche­line Lanc­tôt (livret), selon l’œuvre d’Arlette Cous­ture, Les Filles de Caleb, n’a pas encore débuté que déjà les pro­duc­teurs annon­cent des sup­plé­men­taires à Mon­tréal et à Québec !

En effet, cette pro­duc­tion sera présen­tée du 13  au 23 avril 2011 à Mon­tréal et du 13 au 23 juil­let 2011 à Québec.
Les Filles de Caleb, vis­iteront aus­si les villes de Sague­nay (3 juin 2011), Sher­brooke (25 juin 2011), Ottawa (du 6 au 9 juil­let 2011) et Shaw­ini­gan (du 24 au 27 août 2011).

Avec une dis­tri­b­u­tion des plus diver­si­fiées avec, entre autres, Luce Dufault, Daniel Bouch­er, Bruno Pel­leti­er, Stéphanie Lapointe, Yves Lam­bert, Marie Michèle Desrosiers, Yves Soutière, Cather­ine Sénart et Car­olanne d’Astous-Paquet, cet opéra-folk est très atten­du des nom­breux fidèles de l’œuvre magis­trale d’Arlette Cousture.

Les Filles de Caleb inté­greront l’essen­tiel des trois tomes de l’au­teure, Le chant du coq (1985), Le cri de l’oie blanche (1986) et L’a­ban­don de la mésange (2003). Cent ans de quête, de courage à tra­vers le regard de trois généra­tions de femmes d’une même famille; Émi­lie Bor­de­leau, une jeune enseignante volon­taire et amoureuse, Blanche Pronovost, mis­sion­naire dans l’âme et enfin Élise Lauzé, libre et passionnée.
À not­er que pas moins de 20,000 bil­lets ont déjà trou­vé pre­neur pour cette fresque qui risque de faire du bruit en 2011.

L’œu­vre com­plète des Filles de Caleb s’est ven­due à plus d’un mil­lion d’ex­em­plaires dans toute la fran­coph­o­nie. La série télé, présen­tée sur les ondes de Radio-Cana­da, a obtenu une moyenne d’é­coute de 3 mil­lions de téléspec­ta­teurs en plus de con­naître un grand suc­cès dans l’ensem­ble de la francophonie.

Les bil­lets sont présen­te­ment disponibles aux points de ventes habituels.