Les Epis Noirs — L’Odyssée

0
287

Une farce musi­cale de Pierre Ler­icq. Avec Manon Ander­sen, Ele­na Papuli­no, Pierre Ler­icq accom­pa­g­nés de Pierre Payan, Mar­tin Sac­cardy et Eti­enne Grandjean.

Bonne nou­velle pour les ama­teurs de théâtre musi­cal : les Epis noirs sont de retour ! Et leur nou­veau mil­lésime est un grand cru à déguster sans mod­éra­tion. Cette petite troupe nous avait habitué à des spec­ta­cles musi­caux de grande qual­ité. Avec L’Odyssée, ils nous offrent une nou­velle créa­tion impec­ca­ble, encore plus aboutie que les précé­dentes et qui, à en croire la réac­tion ent­hou­si­aste du pub­lic hilare, devrait ren­con­tr­er un suc­cès bien mérité.

Pierre (Pierre Ler­icq) décide de mon­ter « L’Odyssée » façon boule­vard et en musique avec sa femme (Manon Ander­sen) et son anci­enne maîtresse d’il y a vingt ans (Ele­na Papuli­no). Ain­si, tout au long du spec­ta­cle, s’en­tre­choquent et s’en­tremê­lent la rela­tion entre ces trois comé­di­ens et les scènes de l’épopée d’Ulysse qu’ils répè­tent. Excel­lente occa­sion de révis­er l’his­toire d’Ulysse, Péné­lope, Télé­maque, Calyp­so, le Cyclope…en s’a­mu­sant ! A un rythme effréné et sur une musique endi­a­blée s’en­chaî­nent des sit­u­a­tions cocass­es, absur­des et déli­rantes inter­prétées bril­lam­ment par ces trois tal­entueux comé­di­ens (et aus­si bons chanteurs) accom­pa­g­nés par trois musi­ciens pleins d’én­ergie qui ont aus­si leur mot à dire. Mani­ant à la per­fec­tion l’art de la rup­ture et du décalage, Pierre Ler­icq signe un texte spir­ituel, drôle, poé­tique, éroti­co-coquin, intel­li­gent et fine­ment ciselé. Un pur régal !