Les 2G (Critique)

0
309

D’après une idée orig­i­nale de Jean-Luc Revol.
Mise en scène : Agnès Boury, assistée de Sébastien Fèvre.
Chan­sons : François Morel, Mist­inguett, Jean-Luc Revol, Emile Ronn, Pas­cal Mary, Dranem, Juli­ette, Pierre Philippe, Pierre Notte, Bernard Dimey, Vin­cent Tel­ly, Albert Willemetz, Frédéric Botton…
Accordéon gui­tare per­cus­sions : Sébastien Mes­nil dit « Le Zèbre ».
Piano : Patrick Laviosa.
Cos­tumes : Aurore Popineau.
Créa­tion lumières & son : Celio Menard.
Choré­gra­phie : Car­o­line Roelands.
Avec : Jean-Luc Revol & Denis d’Arcangelo.

Du port de Saint-Malo (lo-lo…) au fes­ti­val « off » d’Avignon l’été dernier, de Mist­inguett à François Morel, en pas­sant par Dranem, Pierre Notte ou Pas­cal Mary, Georges et Gaé­tan ont enchan­té les spec­ta­teurs avec leur tour de chant déli­cieuse­ment grivois ponc­tué d’intermèdes sur­réal­istes : sculp­tures de bal­lons éton­nantes, numéro de ven­tril­oque jamais vu, imi­ta­tion improb­a­ble de Pierre et Marie Curie décou­vrant le radi­um… Élégam­ment revê­tus d’une queue-de-pie, ces duet­tistes d’un autre temps sont venus faire leurs adieux à la scène et retrac­er près de quar­ante ans de car­rière. Inspiré par les célèbres duet­tistes d’a­vant-guerre Charpi­ni et Bran­cat­to, dans cette toute nou­velle créa­tion Jean-Luc Revol se donne pour défi de ressus­citer une cer­taine idée du music-hall, sans bar­rière ni préjugés, fron­deur et icon­o­claste, ayant surtout le rire pour fonde­ment libéra­teur. Une véri­ta­ble thérapie par le rire qui redonne ses let­tres de noblesse au music-hall !

Notre avis :
Cela com­mence comme Le Cabaret des hommes per­dus, la comédie musi­cale de Chris­t­ian Siméon et Patrick Laviosa, mise en scène par Jean-Luc Revol, par une chan­son de bien­v­enue où l’on vous demande de vous installer con­fort­able­ment et surtout de bien boucler vos cein­tures car ça va sec­ouer ! Sauf qu’il s’agit ici de deux hommes per­dus… de vue, Georges et Gaë­tan, artistes imag­i­naires de music-hall, cou­ples à la scène comme à la ville, qui font leur grand retour pour une dernière tournée. Les 2G enchainent anec­dotes amu­santes, chan­sons savoureuses à textes improb­a­bles sur des airs désuets, car­i­ca­tures de numéros de cirque, le tout entre­coupé de scènes de ménage à met­tre au Pan­théon des argu­ments en faveur du « divorce pour tous » ! Les fam­i­liers de Madame Ray­monde retrou­veront, avec délec­ta­tion, un Denis D’Arcangelo plus extrême que jamais, mani­ant l’absurde et la gouaille au plus juste. Jean-Luc Revol et lui for­ment un duo attachant et surtout hila­rant, à con­di­tion – autant le dire, comme eux, crû­ment – de ne pas être réfrac­taire aux allu­sions sphinc­téri­ennes. C’est un bel hom­mage au music-hall et à l’interprétation de la chan­son à texte que nous offrent ces 2G-niaux là !