Le rideau tombe pour le revival de la comédie musicale Ragtime à Broadway

0
427

Ragtime Final Artwork

La nou­velle pro­duc­tion de la comédie musi­cale Rag­time de  Ter­rence McNal­ly, Lynn Ahrens et Stephen Fla­her­ty, encen­sée par la cri­tique, don­nera sa dernière représen­ta­tion au Neil Simon The­atre le Dimanche 10 jan­vi­er 2010 après 28 avant-pre­mières et 65 représen­ta­tions, en rai­son d’un faible taux de rem­plis­sage et d’une rumeur per­sis­tante cir­cu­lant sur inter­net annonçant pré­maturé­ment la fer­me­ture du spec­ta­cle, alors que celle-ci n’é­tait pas à l’or­dre du jour.

Mise en scène et choré­graphiée par Mar­cia Mil­grom Dodge, cette pro­duc­tion de Rag­time avait débuté à l’Eisen­how­er The­ater du Kennedy Cen­ter en avril 2009 où les réprésen­ta­tions lim­itées ont toutes affiché complet.

Basé sur la nou­velle de E.L. Doc­torow, Rag­time s’est joué au Ford Cen­ter for the Per­form­ing Arts (devenu le Hilton The­atre) à Broad­way pen­dant 834 représen­ta­tions. Bri­an Stokes Mitchell, Audra McDon­ald et Marin Mazz­ie fai­sait par­tie de la distribution.

Rag­time suit les des­tins de trois com­mu­nautés qui s’ignorent large­ment et qui vont pro­gres­sive­ment se mêler et s’entrechoquer au tour­nant du vingtième siè­cle aux États-Unis : la com­mu­nauté blanche, encore claire­ment érigée en classe dom­i­nante, déten­trice du pou­voir économique et social ; les noirs, qui, mal­gré l’abolition de l’esclavage en 1865, sont encore loin d’avoir trou­vé une place dans la société ; et les immi­grants juifs d’Europe de l’Est qui arrivent par bâteaux entiers à Ellis Island la tête pleine de rêves et le cœur gros des sou­venirs de leur vie mis­érable dans leurs shtetls.

Un peu plus tôt ce mois-ci, des rumeurs infondées annonçant la fer­me­ture du spec­ta­cle ont fait leur appari­tion sur inter­net semant le trou­ble au sein même de la troupe, de la com­mu­nauté de Broad­way et des spec­ta­teurs. Les rumeurs ayant eu un impact sur les ventes de bil­lets, un plan mar­ket­ing pour relancer le spec­ta­cle était envis­agé pour Janvier.

Nom­iné en 1998 aux Tony Awards pour le Meilleur Musi­cal, c’est finale­ment Le Roi Lion qui décrocha la récom­pense, ce qui a déclenché à l’époque de vives dis­cus­sions sur les mérites relat­ifs des deux oeuvres.
Le revival devait ini­tiale­ment don­ner sa dernière représen­ta­tion le 03 jan­vi­er prochain, mais suite à l’an­nonce faite le 28 décem­bre, les pro­duc­teurs ont du rajouter hier, huit représen­ta­tions de plus pour sat­is­faire la demande du pub­lic, qui s’est pré­cip­ité sur la billeterie.

Regard en Coulisse vous pro­pose de décou­vrir un mon­tage du revival de la comédie musi­cale Rag­time :