Le crime de l’orpheline (Critique)

0
311

crime-de-l-orphelineAuteur : Flo­rence Andrieu, Flan­nan Obé & Philippe Brocard
Mise en scène : Philippe Lelièvre, assisté de Marcela Makarova
Décors : Casil­da Desazars
Lumières : Philippe Sazerat
Cos­tumes : Eymer­ic François
Au piano : Philippe Bro­card ou Del­phine Dussaux
Avec : Jean­nette Sal­vador, Flo­rence Andrieu & Flan­nan Obé

Résumé : Une jeune orphe­line inno­cente et pau­vre est aux pris­es avec une mys­térieuse tutrice, un gen­til gars des rues et un pré­ten­dant colérique. Entre le vrai et le faux, les pas­sions se chantent et se déchaî­nent… qui en sor­ti­ra vivant ?

Notre avis : Avec Le crime de l’orpheline, Flo­rence Andrieu, Flan­nan Obé et Philippe Bro­card ont com­posé un très bel hom­mage au grand-guig­nol, genre théâ­tral met­tant en scène des his­toires macabres et san­guino­lentes qui eut son heure de gloire pen­dant la pre­mière moitié du XXème siè­cle. Avec énor­mé­ment d’humour, ils con­stru­isent une invraisem­blable his­toire d’amour entre Alfred, un homme des rues, et Joséphine, une jeune orphe­line. Cet amour est con­trar­ié par la tutrice de Joséphine qui souhaite lui faire épouser Rodolphe, un ami de la famille riche et élégant.
Puisant dans l’iconographie du genre et de l’époque, l’esthétique du spec­ta­cle est une très grande réus­site. Les décors de Casil­da Desazars, les cos­tumes d’Eymer­ic François et les lumières de Philippe Saz­er­at nous plon­gent dans un univers fan­tas­mé qui trou­ve ses références chez Tim Bur­ton, dans le cabaret ou encore le ciné­ma muet.
Sur scène, Flo­rence Andrieu qui inter­prète Joséphine et Flan­nan Obé dans le dou­ble rôle d’Alfred et de Rodolphe jouent avec beau­coup de pré­ci­sion des sit­u­a­tions qui sont poussées à l’extrême. Les ressorts comiques sont très var­iés et chaque scène est un régal. L’intervention de Jean­nette Sal­vador dans le rôle de la tutrice, bien que brève est absol­u­ment hila­rante et mar­que de son empreinte tout le spectacle.
Par son accom­pa­g­ne­ment impec­ca­ble au piano, Philippe Bro­card ne se con­tente pas de soutenir les chanteurs et d’illustrer les scènes, il par­ticipe lit­térale­ment à l’intrigue.
Bril­lam­ment mis en scène par Philippe Lelièvre, Le crime de l’orpheline est un spec­ta­cle sur­prenant, drôle et intel­li­gent dont l’humour se renou­velle sans cesse et qui rav­it les yeux et les oreilles.