Canada — « Le Chant de Sainte Carmen de la Main » (Critique)

0
380
Maude Guérin (Car­men) et la troupe du Chant de Sainte Car­men de la Main © Yves Renaud

d’après Sainte Car­men de la Main de Michel Tremblay
Livret, paroles et mise en scène de René-Richard Cyr
Musique de Daniel Bélanger
Direc­tion musi­cale : Philippe Brault

Dis­tri­b­u­tion :
Édith Arvi­sais, Frédérike Bédard, Philippe Brault, Nor­mand Car­rière, France Cas­tel, Nor­mand D’Amour, Eve­line Géli­nas, Renaud Grat­ton, Maude Guérin, Liu-Kong Ha, Josianne Hébert, Simon Labelle-Ouimet, Michelle Labon­té, Benoît Landry, Ève Landry, Maude Laper­rière, Chris­t­ian Laporte, Milène Leclerc, Bruno Mar­cil, Benoît McGin­nis et Frédérik Zacharek.

Résumé :
Car­men revient à Mon­tréal après un séjour de six mois à Nashville où son amant Mau­rice l’a envoyée per­fec­tion­ner ses yodles. Son retour a mis en émoi toute la faune de la Main : pros­ti­tuées, trav­es­tis et drag queens. Ses admi­ra­teurs pressen­tent que le spec­ta­cle qu’elle don­nera le soir même au Rodéo sera un événe­ment qu’un lever de soleil extra­or­di­naire a annon­cé. Dans sa loge, Car­men retrou­ve Bec-de-Lièvre, la sœur de Mau­rice qu’elle a sor­tie des toi­lettes des femmes pour en faire son habilleuse et qui, depuis, veille amoureuse­ment sur elle. Mais l’ar­rivée de Tooth pick, l’homme de main de Mau­rice qui lui voue une haine tenace, vient gâch­er ces retrouvailles.

Notre avis :
Mit­igé… voilà le mot qui nous est venu à l’esprit à la sor­tie de la nou­velle pièce du trio Trem­blay-Cyr-Bélanger, Le chant de Sainte Car­men de la Main. Nou­velle dans sa ver­sion musi­cale, car cette pièce créée en 1976 a été présen­tée chez Duceppe sous le nom de Sainte Car­men de la Main et, même à l’époque, elle n’avait pas été acclamée ou même appréciée.

Dès l’ouverture, on se croirait dans une fausse par­o­die du Roi Lion ! La troupe entame « Le soleil, c’est Car­men » devant un écran parsemé de petites lumières où se forme un énorme soleil lumineux à la façon des jeux pour enfants « Lite Brite ». Et, mal­heureuse­ment c’est le seul élé­ment de décor auquel le pub­lic aura droit.

Le chant de Sainte Car­men de la Main, a le mérite d’avoir dans ses rangs de nom­breux comé­di­ens et comé­di­ennes de tal­ent. Maude Guérin, en Car­men, nous livre une per­for­mance éblouis­sante ain­si que France Cas­tel qui, pour l’occasion, reprend son rôle de chanteuse et inter­prète une ex-chanteuse sud-améri­caine écla­tante ; et que dire de sa presta­tion sur la chan­son « Bue­nas Noches, Mi Cora­zon ». En revanche, on trou­ve dom­mage que le chœur de ce théâtre musi­cal n’aie pas été util­isé à sa pleine capac­ité. Un manque qui, à notre avis, aurait pu faire une différence.

Maude Guérin (Car­men) et la troupe du Chant de Sainte Car­men de la Main © Yves Renaud

On se doit de remerci­er Michel Trem­blay, l’auteur de cette pièce, pour ce vocab­u­laire imagé : c’est un pur plaisir pour les oreilles. Pour cette ver­sion musi­cale, on doit égale­ment soulign­er le tra­vail de Daniel Bélanger qui nous amène com­plète­ment à l’opposé de ce qu’il avait fait avec Belles-Sœurs. Mais, mal­heureuse­ment, les chan­sons n’ac­crochent pas, comme ce fût le cas avec Belles-Sœurs.

Avions-nous trop d’attente envers Le chant de Sainte Car­men de la Main ? Prob­a­ble­ment… Lorsqu’on sait le suc­cès rem­porté par leur pièce musi­cale précé­dente, on ne peut faire autrement. Il manque à cette pièce un quelque chose qui ferait qui la ferait décoller… On attend mais, cela ne vient pas.

En tournée :
Québec (Salle Albert-Rousseau), 10,11, 17 et 18 jan­vi­er 2014
Saint-Jean-sur-Riche­lieu (Théâtre des Deux Rives), 24 et 25 jan­vi­er 2014
Drum­mondville (Mai­son des arts Des­jardins Drum­mondville), 30 jan­vi­er 2014
Shaw­ini­gan (Cen­tre des arts), 1er févri­er 2014
Gatineau (Mai­son de la cul­ture de Gatineau — Salle Odyssée), 5 au 8 févri­er 2014
Brossard (L’é­toile Banque nationale), 14 et 15 févri­er 2014
Joli­ette (Salle Rol­land-Brunelle), 21 et 22 févri­er 2014
- Sher­brooke (Salle Mau­rice O’Bready), 25 févri­er 2014
— Trois-Riv­ières (Salle J.-Antonio-Thompson), 28 févri­er et 1er mars 2014
Longueuil (Salle Pratt & Whit­ney),  6 et 7 mars 2014
Sainte-Thérèse (Théâtre Lionel-Groulx), 8 et 9 mars 2014
Ter­re­bonne (Théâtre du Vieux-Ter­re­bonne), 14 et 15 mars 2014
Chicouti­mi (Théâtre Banque Nationale), 21 et 22 mars 2014
L’Assomption (Théâtre Hec­tor-Char­land), 25 et 26 mars 2014
Saint-Hyacinthe (Cen­tre des arts Juli­ette-Las­sonde — Salle Des­jardins), 28 et 29 mars 2014
Laval (Salle André-Math­ieu), 3 et 4 avril 2014