Laurent Codair

0
573
Laurent Codair © Mathias Bord
Lau­rent Codair © Math­ias Bord

Après avoir fait par­tie de la troupe du Vio­lon Sur Le Toit, Lau­rent Codair est désor­mais à Lon­dres pour jouer dans le spec­ta­cle Movin’ Out de Bil­ly Joel et Twyla Tharp (à par­tir du 28 mars à l’Apol­lo Vic­to­ria Theatre).

Nom : Codair

Prénom : Laurent

Date de nais­sance [NDLR : année fac­ul­ta­tive mais ce serait bien si vous la met­tiez] : 29 mars 1975

J’adore : Les sur­pris­es, le jazz et les bons repas

Je déteste : La foule, l’in­jus­tice et ma voi­sine du dessus !

Ma couleur préférée : Bordeaux

Mon péché mignon : Des ravi­o­les de Romans à la crème !

L’autre méti­er que j’au­rais pu faire : Un truc autour de la psy­cholo­gie.. ça me passionne !

La chose que j’emporterais sur une île déserte : un Ipod bour­ré de musique !

Mon pire cauchemar : vivre un crash aérien

Sucré ou salé ? Salé !

En ce moment, j’é­coute : le dernier album de Mary J. Blige The Break­through mais aus­si celui de Lin­da Eder Songs of Judy Gar­land… un petit bijou !

En ce moment, je lis : L’Amour Est un Crime Par­fait de Jean-Claude Lavie

Mon idole quand j’avais dix ans était : Mikhail Baryshnikov

Mon idole aujour­d’hui est : Bernadette Peters

Ma comédie musi­cale préférée : Les Pro­duc­teurs de Mel Brooks (…un vrai petit chef d’oeu­vre! Je l’ai vu qua­tre fois, je ne me lasse jamais de le revoir!)

Le rôle que je rêve d’in­ter­préter : Moli­na dans Le Bais­er de La Femme Araignée 

La per­son­ne avec qui je rêve de tra­vailler : Ned Gru­jic (..un meteur en scène qui com­prend et aime le théa­tre musi­cal!) mais aus­si partager la scène avec Nathan Lane, Chi­ta Rivera, Joël Grey, Liza Min­nel­li pour me nour­rir de leur tal­ents et de leurs expéri­ences (…il faut que je me dépèche, je crois !)

Trois adjec­tifs qui me décrivent : Pas­sion­né, entier et têtu!

Ques­tion posée par la précé­dente vic­time de Ze inter­roga­toire, Fabi­an Richard : Où étiez-vous la nuit dernière ? : Chez moi, sous ma couette…

La ques­tion que je pose à la prochaine vic­time de ze inter­roga­toire : N’as-tu jamais pen­sé à la chirurgie esthétique ?

Ma devise : « Si ton labeur est dur et tes résul­tats sont minces, rapelle toi qu’un jour le grand chêne a été un gland comme toi »