Lady Sings the Blues (Critique)

0
409

Lady Sings the BluesCon­cert spec­ta­cle d’après l’autobiographie de Bil­lie Holiday
Auteur et met­teur en scène: Willy Play
Cie Après le déluge
Avec Karine Dufaut

Notre avis :

Lady Sings the Blues s’in­spire de l’au­to­bi­ogra­phie de Bil­lie Hol­i­day. Plusieurs décen­nies après sa mort, la grande chanteuse de jazz revis­ite son par­cours per­son­nel et artis­tique. Elle revit son enfance trop courte, entre pros­ti­tu­tion et ségré­ga­tion. Elle revoit ensuite com­ment elle est dev­enue presque par acci­dent une chanteuse de jazz vite recon­nue, sans échap­per pour autant à cer­tains démons. Son amour du jazz et sa col­lab­o­ra­tion avec le sax­o­phon­iste Lester Young sont égale­ment mis à l’hon­neur. Karine Dufaut relève un défi déli­cat en se glis­sant seule en scène dans la peau de Lady Day. Sur un texte sou­vent som­bre (à l’im­age de la vie de Bil­lie Hol­i­day) et imposant une cer­taine sobriété, elle tire son épin­gle du jeu.

La mise en scène s’ap­puie avan­tageuse­ment sur quelques élé­ments de décor sim­ples. Un écran per­met notam­ment de visu­alis­er des images d’archives de Bil­lie Hol­i­day ou des Etats-Unis. On regret­tera toute­fois qu’il n’ait pas été util­isé pour traduire le texte de « Strange Fruit », chan­son dif­fusée en inté­gral­ité et évo­quant la pra­tique du lyn­chage. On aurait égale­ment pu s’at­ten­dre à vivre plus de séquences de jazz inter­prétées en direct. Hormis ces réserves rel­a­tives, Lady Sings the Blues offre une belle oppor­tu­nité de mieux con­naître la vie d’une des plus grandes artistes du jazz mais égale­ment de revivre quelques pages de l’his­toire des Etats-Unis.