Canada — La Vie des Anges (Critique)

0
304
La troupe de l’opéra pop-rock La vie des Anges © www.laviedesanges.ca

Textes : Jean-Jacques Guinot
Musiques : Vin­cent Belle, Jonathan Dujonguoy, Jean-Marie Del­la Vit­to­ria, Stéphane Donique, Serge Cateloy, Jean-Louis Nanio
Mise en scène : Jean-Jacques Guinot

Dis­tri­b­u­tion :
Marie-Eve Côté : Eva
Fran­cis Bédard-Pétrin : Cahétel
Marie-Eve Côté : Démonia
Alexan­dre Lev­eil­lé : Haziel
Isabel Tassé : Angélique
Elliot Miville-Deschênes : Sitael

Un ange peut-il pré­ten­dre à l’amour ter­restre en renonçant à son immor­tal­ité ? Entre amour et ami­tié, con­fi­dences et trahisons, promess­es et sac­ri­fices, quelle sera l’issue finale de cette épopée céleste ?

Con­te fan­tas­tique ou réc­it légendaire, la vie des anges s’inscrit dans la lignée des grandes his­toires d’amour qui ont mar­quées notre monde (Roméo et Juli­ette, Paul et Vir­ginie, Tris­tan et Yseult…).

Après des avant pre­mières au Palais des Con­grès de Paris, la pro­duc­tion s’in­stalle à Mon­tréal avec une nou­velle série de spec­ta­cles prévue au théâtre St Denis de Mon­tréal à par­tir du 12 avril 2012.

Notre avis :
L’opéra pop-rock La vie des anges, c’est l’histoire d’un amour impos­si­ble entre un ange, Cahé­tel, et une sim­ple ter­ri­enne, Eva. Leurs chemins se sont croisés, leurs âmes se sont effleurées, ils ne se quit­teront jamais. Entre la vie céleste et le monde ter­restre, le cœur de Cahé­tel balance…

Nous auri­ons aimé ne dire que du bien de cet opéra pop-rock. Mal­heureuse­ment rien ne fonc­tionne dans ce spec­ta­cle : des décors pra­tique­ment inex­is­tants – un échafaudage flan­qué de deux escaliers – des pro­jec­tions vidéos insignifi­antes, un jeune nar­ra­teur sur écran géant dont on ques­tionne l’u­til­ité, une bande sonore accom­pa­g­née à cer­tains moments de tambours…

Tout se gâte dès les pre­miers pas… des illus­tres envolées tant atten­dues qui n’ont jamais vrai­ment eu lieu, des textes des plus ennuyeux et des paroles niais­es telles que « Fais ta valise et viens faire l’amour » ou « L’amour est l’essence qui fait rouler notre cœur »… Ce spec­ta­cle s’apparente plus à une comédie bur­lesque qu’à un spec­ta­cle musi­cal digne de ce nom. La palme de la scène la plus inso­lite revient à Démo­nia lorsqu’elle fait son entrée via le pub­lic, accom­pa­g­née de deux hommes attachés par des chaînes… On se croirait dans un mau­vais clip de Lady Gaga.

Côté per­for­mance, les inter­prètes ont tous un cer­tain tal­ent vocal. Mais, en revanche, pour cer­tains d’en­tre eux, le jeu laisse grande­ment à désir­er… et les textes de Jean-Jacques Guinot n’aident pas ! Cha­peau pour les choré­gra­phies con­tem­po­raines très bien exé­cutées par cinq danseurs et danseuses des plus adroits.

Cet opéra pop-rock qu’est La vie des anges aurait gag­né à être plus fig­nolé au niveau du texte avant d’être présen­té à un pub­lic qui n’est pas dupe ….

Con­férence de presse :
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=mF1_kwmBCEA[/youtube]