La traviata

0
254

A l’occasion du bicen­te­naire de la nais­sance de Giuseppe Ver­di, La Travi­a­ta est inter­prétée en français. Ver­sion pas enten­due à Paris depuis la dis­pari­tion de la troupe du Palais Garnier.

La Travi­a­ta est l’une des œuvres les plus pop­u­laires de l’histoire de l’Opéra. Loin des sujets his­toriques et des grands sen­ti­ments exaltés, Ver­di et Piave, son libret­tiste, s’inspirent du roman « La Dame aux Camélias » d’Alexandre Dumas Fils pour met­tre sur la scène lyrique le per­son­nage de Vio­let­ta. Dans cet opéra se mêlent le plaisir, l’argent, la pas­sion, la mort, autant de thèmes qui dérangent la cen­sure du XIXe siè­cle. Ce drame social va alors con­quérir le monde entier.

Au cours de ces représen­ta­tions parisi­ennes, de jeunes artistes lyriques vont ren­forcer leur répu­ta­tion naissante.

Ces chanteurs seront accom­pa­g­nés et dirigés par un jeune chef et des musi­ciens issus des plus pres­tigieuses écoles françaises.

Depuis plus de dix ans rompue aux spec­ta­cles vivants, l’as­so­ci­a­tion Oper­a­cad­e­my est un cadre de chœur d’ex­cel­lente répu­ta­tion. Elle par­ticipe active­ment à cette nou­velle pro­duc­tion, soutenue par Prom Opera avec le par­rainage de l’agence artis­tique Thier­ry Dran, se voulant résol­u­ment dans la mou­vance des « troupes » qui ont fait les belles heures du chant lyrique pen­dant des décennies.

A tra­vers cette for­ma­tion lyrique, 160 ans plus tard, la « braise » brûle tou­jours. « La Travi­a­ta » est un somptueux cri d’amour.